US_soldiers_1http://tempsreel.nouvelobs.com édition du 17 février 2007

La résolution rejetant la décision du président George W. Bush d'envoyer 21.500 soldats supplémentaires en Irak a été adoptée à une large majorité vendredi 16 février par la Chambre des représentants.

Le texte non-contraignant a été approuvé par 246 des représentants présents, 182 se prononçant contre.

Ce vote symbolique ouvre la voie à un affrontement direct entre le Congrès et le président des Etats-Unis, commandant en chef des armées, sur la question de l'engagement militaire en Irak.

Les victimes

Désormais très impopulaire, cette guerre a déjà coûté la vie à plus de 3.100 militaires américains et fait des dizaines de milliers de morts parmi la population irakienne en près de quatre ans.

"Les enjeux en Irak sont trop importants pour qu'on recycle des propositions qui n'ont que peu de chances de réussite", a souligné Nancy Pelosi, la nouvelle présidente de la Chambre, contrôlée par les démocrates depuis leur victoire aux élections législatives de mi-mandat, en novembre dernier.

"L'adoption de cette législation est le signe d'un changement de direction en Irak, qui mettra fin aux combats et fera rentrer nos troupes", a-t-elle ajouté. Les alliés républicains du chef de la Maison Blanche ont à nouveau dénoncé une mesure destinée selon eux à réduire le financement de la guerre et qui nuit au moral des troupes sur le terrain.

"Cette résolution non-contraignante est la première étape d'une spirale de la défaite dans une bataille que nous ne pouvons nous permettre de perdre", a lancé le représentant Roy Blunt, numéro deux républicain à la Chambre.

"Trop occupé"

Le président Bush n'a fait aucun commentaire sur le vote de la chambre basse du Congrès. Son porte-parole a simplement fait savoir que le commandant en chef était "trop occupé" pour le suivre à la télévision.

Il s'agissait du premier vote du nouveau Congrès sur la guerre en Irak. En quatre jours de débat sur le projet de résolution, près de 400 des 434 membres de la Chambre ont pris la parole, une proportion tout à fait exceptionnelle pour une seule mesure.

Le sénateur Harry Reid, chef de la majorité démocrate à la chambre haute, a appelé à un vote samedi au Sénat sur le même texte. Dans les deux camps, plusieurs candidats à la présidentielle 2008 ont dû revoir leur emploi du temps du week-end pour être présents.

Les républicains entendent empêcher les démocrates d'atteindre la barre des 60 voix dont ils ont besoin pour faire adopter la résolution au Sénat.

En marge de ce bras de fer, un sondage AP-Ipsos rendu public vendredi fait apparaître que 63% des Américains sont opposés à l'envoi de troupes supplémentaires en Irak, tandis que 35% approuvent la décision du chef de l'exécutif. Preuve du soutien dont bénéficie encore George W. Bush, ces derniers étaient 26% il y a deux semaines. (AP)