Sarko_10http://lyon.novopress.info édition du 16 février 2007

Selon l’hebdomadaire Tribune de Lyon, Nicolas Sarkozy par l’entremise de son directeur adjoint de cabinet, Jacques Gérault, a fait pression sur Alain Morvan, recteur de l’académie de Lyon, pour qu’il accepte l’ouverture du plus grand établissement scolaire musulman de France à Décines
.

Des faits qui ont été confirmés jeudi soir par Alain Morvan dans une interview à Europe 1 : “j’ai eu le sentiment très clair que l’on tentait de m’impressionner, de me circonvenir, bien sûr de me circonvenir courtoisement, mais de me circonvenir tout de même“. Cette “pression amicale” a été faite lors d’une rencontre le 18 août dernier entre le recteur de l’académie de Lyon, Alain Morvan, le préfet du Rhône, Jean-Pierre Lacroix, le directeur adjoint du cabinet de Nicolas Sarkozy, Jacques Gérault et Didier Leschi, le chef du bureau central des cultes rattaché au ministère de l’intérieur.

Dans une lettre adressée à Jean-Pierre Lacroix le 18 janvier , préfet du Rhône, et reproduite par Tribune Lyon, Alain Morvan fait état avec ambages des sollicitations à son encontre, “le président de séance a-t-il précisé (…) à propos de ceux qui tenteraient de s’opposer à l’ouverture de l’établissement, qu’il s’agirait d’un ‘combat perdu d’avance’.”

Un rappel à l’ordre qui semble avoir porté ses fruits, comme le note l’établissement Al Kindi dans un article sur son site, lors de l’audience du 24 janvier devant le tribunal administratif, “le Recteur (…) avait changé de position“. L’établissement Al Kindi remarquait que le recteur, Alain Morvan, revenait ” sur la posture qui avait été la sienne jusque là : il n’est jamais opposé à l’ouverture de l’école puisque le dossier n’aurait jamais été complet “.

Il n’est pas étonnant que Nicolas Sarkozy soit intervenu dans cette affaire sensible, le ministre de l’Intérieur se faisant le chantre de “l’Islam de France“. Dalil Boubakeur, directeur de la grande mosquée de Paris, déclarait au Progrès en octobre 2006 que le dossier Al-Kindi était “suivi de près par des conseillers de Nicolas Sarkozy” afin de “trouver une situation d’ouverture“. Souhaitant capter les nombreuses voix des musulmans et pour faire oublier son image auprès des banlieues, Nicolas Sarkozy multiplie les déclarations et gestes à l’encontre des mahométans français : création du Conseil du Culte Musulman, financement des mosquées, reconnaissance de l’héritage “des savants arabes“.

Comme l’avait révélé Novopress Lyon  en octobre dernier, le chef de l’UMP et sa garde rapprochée lyonnaise, en l’occurrence Christian Philip, sont prêts à quelques accords pour obtenir les voix des musulmans lyonnais, même à fricoter avec les moins fréquentables. Selon Abdelaziz Chaambi, membre fondateur de l’Union des jeunes musulmans, ” Monsieur Christian Phillip (…) s’était rendu dans les locaux d’une association lyonnaise pour demander l’aide des associations musulmanes proches de Hani Ramadan pour les dernières élections législatives, en promettant de les aider une fois élu.

Aucun démenti n’a été fait à ce jour par Christian Philip aux déclarations du fondateur de l’Union des jeunes musulmans, Abdelaziz Chaambi.

Hasard du calendrier, c’est aujourd’hui que commence la visite de Monseigneur Philippe Barbarin en Algérie pour “célébrer les liens existant entre la région lyonnaise et l’Algérie“comme le précise le Progrès. Le primat des Gaules sera accompagné dans son voyage par Azzedine Gaci, président du Conseil régional du culte musulman (CRCM), mise en place par Nicolas Sarkozy, et membre de l’Union des Organisations Islamiques de France. Pour Fiammetta Venner, chercheuse au CADIS-CNRS, “Nicolas Sarkozy est sans conteste celui qui à le plus fait le forcing pour institutionnaliser l’UOIF. En toute conscience et connaissance de cause sur la radicalité de cette organisation, il en fait un partenaire incontournable (1).”

 

    Nicolas Sarkozy a-t-il ouvert la boîte de Pandore de l’Islam en France ?

On peut légitimement se poser la question : flirt avec Tariq Ramadan (penseur proche de l’UOIF), pression pour l’ouverture du plus grand établissement musulman de France. Bizarrement on ne trouve pratiquement nulle part que l’association Al-Kindi est présidée par Nazir Hakim, vice-président national de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), en charge de l’éducation et de la formation des cadres (2) et proche selon certaines sources  des “Frères musulmans syriens“. Il est toujours difficile de savoir si l’UOIF et ses membres les plus influents manient le double discours (taqiya) à l’encontre de la violence et de l’islamisation de l’Europe mais une chose est sûre, c’est que Nicolas Sarkozy favorise l’implantation de l’Islam en France.

 

(1)- Humanité, 18 juin 2005.
(2)- Libération du 21 février 2006