drapeau_quebechttp://www.cyberpresse.ca

Article de Gilles Dumoulin publié le 17 septembre 2007 dans la voix de l'Est ( quotidien de la région québécoise de Montérégie ).


Tous les membres de ces différentes communautés semblent être d'accord pour afficher d'abord leur appartenance à leur culture d'origine, ses traditions qu'il faut à tout prix préserver et transmettre, et ensuite leur appartenance à leur terre d'accueil. Il n'y a rien de mal à cela, c'est naturel de se raccorder à nos racines. Le problème, c'est que lorsqu'un Québécois ou une Québécoise d'origine veut faire de même, holà! Cela devient inadmissible.

Un Colombien ou un Mexicain peut parler avec fierté de ses racines, mais le Québécois d'origine ne peut pas être enraciné dans sa culture et ses traditions, ou à tout le moins il doit en parler avec beaucoup de prudence pour ne pas passer pour, au mieux, un xénophobe, au pire, un raciste. Comme disait un monsieur du Rwanda l'autre soir aux audiences de la commission Bouchard-Taylor: nous sommes tous des immigrants ! Alors, ce monsieur n'est pas plus rwandais que moi ? Où place-t-on la limite: 5 ans, 100 ans, 400 ans ou 4000 ans ? Dans ce cas, les autochtones sont aussi des immigrants qui sont arrivés par le détroit de Béring ! Le peuple québécois d'origine avec ses traditions culturelles, ses valeurs très ouvertes et sa tolérance proverbiale deviendra-t-il une autre ethnie parmi les autres? On nous dit qu'il faut faire preuve d'ouverture, mais cette ouverture est-elle aussi souhaitable dans l'autre sens ?

Je prends un risque en écrivant cette lettre puisque je peux me faire rapidement étiqueter comme étant intolérant, mais ceux et celles qui me connaissent bien savent que ce n'est pas le cas. J'ai tout simplement un amour profond de ma culture, de ses traditions religieuses ou non, avec ses qualités et ses défauts, et je souhaite offrir cette culture en cadeau au plus grand nombre possible de nouveaux arrivants. Laissez-moi au moins cette joie de vous montrer qui je suis et je pourrai apprendre qui vous êtes, un véritable échange respectueux s'ensuivra.

P.S.: Par rapport aux accommodements religieux.

Comment réagirions-nous si, par exemple, des Italiens, des Allemands ou encore des Mexicains demandaient des accommodements? Il y a fort à parier que ça ne susciterait pas beaucoup de réactions de crainte. Serait-ce lié au fait que nous associons les demandes des musulmans à la cause des islamistes radicaux ? Il y a un monde de différence entre les deux. Vous voyez qu'on n'a pas toujours besoin de faire exploser des bombes pour faire peur aux gens !