nation


Par Hervé Van Laethem le 21/10/2012

Dans l’article intitulé « Belgique, le courant nationaliste s’effondre » et que vous avez repris de Novopress, le Mouvement NATION est longuement et violemment pris à partie par l’auteur.

Nous vous demandons dès lors de publier ce droit de réponse.

Tout d’abord, le Mouvement NATION s’étonne que l’agence de presse Novopress se prête à la publication de ce véritable pamphlet anti-NATION. Les actuels administrateurs de ce site auraient-ils oublié la conséquente contribution de NATION dans les premières années de Novopress ? Ainsi que le fait que c’est en collaboration avec NATION que les dirigeants identitaires ont mis au point, ce concept d’agence d’information sur le net ?

Ensuite, il eut été intéressant de savoir en fonction de quelles compétences, l’auteur de ce texte prétend être à même d’analyser objectivement ces résultats ?

Est-il un politologue, un leader politique déchu ou raté, quelqu’un qui aurait une revanche à prendre contre NATION ? Il est difficile de le savoir puisque l’intéressé signe sous un pseudonyme aussi original qu’improbable (Eugène Tressalec – que nous désignerons par facilité sous les initiales de E.T).

Si la personne avait signé de son vrai nom, il aurait évidemment été plus facile de comprendre ses vraies motivations. Et cela aurait bien entendu été plus courageux.

Quand même quelques indices

A la lecture du texte, on peut quand même avoir une petite idée des tendances politiques de l’auteur.

Ainsi le ton très favorable envers le réseau « les Résistants », présenté à juste titre comme « islamo-vigilants » mais dont il aurait été plus honnête de parler des sympathies sionistes très marquées. A noter que ce réseau, comme par hasard, s’est empressé de diffuser ce texte.
De même, le passage où E.T regrette que le très droitier Parti Populaire n’ait pas soutenu les libéraux du MR (sorte d’UMP mais avec encore moins de courage) contre le PS à Charleroi, indique très clairement les préférences néo-libérales de l’intéressé.

Sur NATION

Notons d’abord que l’auteur, alors qu’il parle de NATION comme un groupe insignifiant, lui consacre un paragraphe entier ! Ce qui semble pour le moins contradictoire et confirme qu’en fait, un des buts de cet article est simplement d’attaquer NATION.

Il estime sans doute qu’il est plus aisé de lutter contre NATION derrière un clavier avec un pseudo. A chacun ses armes…

Réponses point par point

Novo : Autre adepte, mais bien plus euphorique, de la méthode Coué : le Mouvement NATION. Officiellement, on y nage littéralement dans le bonheur et on ne cesse d’y proclamer des succès électoraux que, même à la loupe, on éprouve quelques peines à distinguer.

NATION : Si E.T était un aussi bon observateur politique, il aurait fait l’effort de comparer avec nos précédents résultats et il ne lui aurait pas fallu de loupe pour constater la nette progression.

Novo : NATION, qui s’est présenté dans trois communes seulement (deux bruxelloises et une wallonne), n’atteint nulle part le seuil des 5 % et n’a pas obtenu le moindre élu

NATION : Le « spécialiste » des questions belges ne sait même pas que pour les élections communales, il n’y a pas de seuil de 5% à franchir. Et que le nombre de voix à atteindre dépend simplement de la grandeur de la commune.

Novo : On peut le craindre. NATION, comme le PP, a de toute évidence l’intention de persévérer dans la voie électorale

NATION : La comparaison entre les résultats du PP et NATION est une ineptie vu que le PP a régulièrement accès aux médias et a bien d’autres moyens financiers (sans faire de très brillants résultats d’ailleurs).

Novo : ainsi se satisfait-on, dans deux communes, celle de Forest (1,24%) et de Charleroi (1,16% pour les communales et de 1,46 % pour les provinciales), d’un score dépassant légèrement le « 1 % » symbolique.

NATION : si l’aigreur de E.T contre NATION ne le poussait pas à zapper certains passages de nos textes, il aurait lu que nous ne cachons pas notre déception quant aux résultats forestois. Pour ce qui est de Charleroi, il en est tout autrement. En effet, il s’agit d’une énorme entité sur laquelle, il y avait 5 listes concurrentes visant le même public « de droite nationale ». Mais faire 1500 voix aux provinciales (et battre à plate couture les petites listes concurrentes non FN) est tout sauf un échec. C’est en tous cas sans doute plus qu’E.T a réalisé dans toute sa carrière politique virtuelle.

Novo : On souligne en gras et on ponctue de plusieurs points d’exclamation le grand succès de 4,47% obtenu par NATION à Evere.

NATION : 4,5% n’est donc pas un bon score pour l’auteur ? A partir de quand avons-nous l’autorisation de nous réjouir ? De plus, par rapport à notre ligne politique qui est sans concession, nous pouvons être fiers de ce résultat. Peu d’organisations de la même tendance (solidariste et identitaire mais on pourrait aussi dire nationale-révolutionnaire car nous n’avons guère de complexes) ont obtenu un tel résultat dans des élections.

Novo : Ce succès, NATION le doit en partie à la campagne, il est vrai exemplaire, de son candidat local, un transfuge du FN nommé Eddy De Smedt.

NATION : Nous sommes bien d’accord là-dessus mais cette campagne aurait-elle pu avoir un tel succès sans les autres militants de NATION, sans la logistique du mouvement, sans les affiches et sans les slogans utilisés ? Ce succès est donc bien un succès à part entière du Mouvement NATION. A noter d’ailleurs que ce n’est pas la première fois que notre ami Eddy s’est présenté à des élections, sur d’autres listes de cette lamentable droite nationale. Mais que c’est la première fois qu’il obtient un résultat aussi élevé.

Novo : On compare le score de 0,12% obtenu par NATION aux élections régionales de 2009 sur les dix-neuf communes de la Région de Bruxelles-Capitale aux scores obtenus dans deux communes bruxelloises (et une commune wallonne) aux élections communales de 2012, mais y a-t-il le moindre sens à comparer des élections régionales à des élections communales? Non, bien évidemment.

NATION : Primo, nous n’avons fait la comparaison que par rapport aux communes bruxelloises. Et dans ce cas-ci, c’est totalement justifié puisque nous voulions simplement démontrer un ordre de grandeur. Il est en effet indéniable que passer de quelques centaines de voix éparpillées sur 19 communes à +- 1000 voix sur seulement 2 communes, est une avancée.

Novo : On affirme que NATION est le seul mouvement susceptible de prendre la succession de la nébuleuse FN, mais il faudra alors expliquer pourquoi justement cela ne s’est pas produit cette année, alors que les FN ont éclaté…

NATION : L’auteur ne semble manifestement pas si bien connaître la situation que cela ou bien ne veut pas la comprendre. Le résultat à Evere démontre justement que lorsqu’il n’y a pas une liste FN parasite, notre message politique a un certain écho et que nous pouvons avoir des résultats non négligeables. A moins que pour E.T, on n’existe pas si on fait moins de 10%...Pour rappel, les différentes et concurrentes listes « FN belge » que l’auteur cite, non sans admiration, sont des listes montées à la va-vite et à la veille des élections. Elles ne sont que des coquilles vides et de surcroit sous le coup de procédures juridiques engendrées par Marine Le Pen pour utilisation abusive de son propre nom et du sigle FN. Bien sûr, l’effet du logo magique FN belge subsiste de par un manque de conscience politique au sein de la population. Mais la situation s’est déjà bien décantée depuis 2 ans. Le FN belge a beaucoup perdu de son pouvoir de nuisance et les 2 années à venir vont encore aider à ce que la situation s’améliore à ce niveau.

Novo : NATION n’a, jusqu’à ce jour, obtenu aucun élu (le FN-Belge à lui seul en compte quatre)

NATION : On sait depuis 20 ans ce que les différents FN belges font de leurs élus…c’est-à-dire rien ! De plus, de la manière dont cette phrase est amenée, on comprend mieux qu’il ne s’agit pas ici d’une analyse mais bien d’un réquisitoire contre NATION, un règlement de comptes et une tentative d’amoindrir les résultats de la concurrence des amis politiques de l’auteur.

Oublis et erreurs

Pourquoi l’auteur n’évoque-t-il qu’à peine d’autres groupes que les FN et NATION? Pourquoi oublie-t-il de préciser qu’à Charleroi, tous ces groupes sont battus par la liste de NATION et pour certains de loin ?

Pourquoi n’a-t-il pas l’honnêteté de reconnaître, en-dehors de l’analyse qu’on peut avoir sur des chiffres, que ces groupes sont des coquilles vides alors que NATION a une vraie vie militante et n’a pas besoin d’attendre les élections pour être actif ? A moins qu’il ne se mette à prétendre aussi que nous ne sommes pas activistes…

A propos des groupes cités, l’auteur présente aussi « Wallonie d’Abord ». Alors que tout observateur attentif aura remarqué que, bien que quelques anciens du FN s’y retrouvent, l’électorat de ce groupe est tout autre que celui de la « droite nationale ». Il s’agit ici d’un vote wallingant et anti-flamand aux antipodes des préoccupations sécuritaires et identitaires classiques. Mêler ce groupe à l’analyse est donc une erreur manifeste.

L’auteur semble placer le Parti Populaire dans la « famille nationaliste ». Première nouvelle ! Rappelons que le président du PP, Mischaël (non, non il n’y a pas de faute de frappe dans le prénom) Moodrikamen est un avocat d’affaires très réputé, converti récemment au populisme néo-libéral et pro-israélien (la défense inconditionnelle de l’état d’Israël est d’ailleurs prévu dans les statuts du parti). Nous serions curieux de savoir si l’ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique, qui fut un temps vice-président du PP, aurait été très heureux du classement, par l’auteur, de son parti dans la « famille nationaliste ».

A qui profite ce gentil pamphlet ?

En fait, c’est écrit dans le texte. Lorsque l’auteur écrit la phrase suivante : Le FN-Belge s’impose aujourd’hui comme le véritable héritier de l’ancien FN de Belgique. On a ainsi compris pour qui roule, en partie, E.T. Remarquez, c’est involontairement peu gentil pour ses amis puisque pour rappel, l’ancien président du FN belge est multi-inculpé dans des affaires financières survenues dans la gestion du parti. Pour notre part, nous n’aimerions guère être reconnus comme les héritiers de telles pratiques.

Mais la vraie nature de ce « document » apparaît un peu plus loin lorsqu’on lit : Un rapprochement entre ces trois formations, voire entre les seuls FN-Belge et PP (auquel pourrait d’ailleurs s’ajouter d’autres mouvements ou partis actuellement en gestation), pourrait être un premier pas vers la constitution d’un « pôle national-populaire » en Belgique francophone.

Et là, on finit de comprendre d’où vient la manœuvre : cette droite libérale, atlantiste et néo-conservatrice. Hier pourfendeuse du racisme mais aujourd’hui tellement inquiète, non pas du phénomène de destruction de nos identités par l’immigration généralisée, mais uniquement de la montée de l’islamisme.

Et dans le cadre de ce projet, NATION leur pose un nouveau problème. Car ils savent que la seule vraie force militante de Belgique francophone n’est pas prête à se compromettre avec eux. Et que notre modeste mais bien réelle avancée électorale va renforcer notre mouvement. C’est ce qui explique sans doute ce mauvais procès. Il est bien regrettable que Novopress et le blogue de Yann Reddeker s’en soient fait les complices.

Nation