Parisot Laurence 1

Le Point

Le 28/03/2013

L'ancienne patronne des patrons, qui ne pourra pas se présenter pour un 3e mandat à la tête du Medef, se pose en "garante de la bonne tenue de la campagne".

L'actuelle présidente du Medef Laurence Parisot s'est posée jeudi en "garante de la bonne tenue de la campagne" pour sa succession après avoir reconnu le rejet de la réforme des statuts qui lui aurait permis de se représenter. "J'ai immédiatement dit aux membres du conseil exécutif que je serais la garante de la bonne tenue de la campagne", qui va précéder l'élection à la présidence du Medef au début de l'été, a-t-elle déclaré devant la presse, une heure après l'annonce des résultats.

 

Le conseil exécutif de la principale organisation française a refusé, lors d'un vote très serré (22 pour, 22 contre, un vote blanc), de convoquer l'assemblée générale du Medef pour réformer les statuts. Cette réforme prévoyait de ne plus limiter le nombre de mandats du président du Medef et aurait donc permis à Laurence Parisot d'en briguer un troisième. "Cette réforme aurait marqué un progrès de démocratie interne, cette réforme aurait permis de mettre un terme définitif à des logiques de cooptation ou de renouvellement empêchés, négociés dans le secret ou sous les pressions", a-t-elle déclaré.

"Détermination et enthousiasme"

"Mais le score ex-aequo au sein du conseil exécutif n'autorise pas la transmission devant l'assemblée générale", a reconnu la patronne des patrons, se disant "persuadée que cette réforme, ce projet reviendra" et "sera un jour adopté". "D'autant que cette réforme s'inscrit dans ce qui a été mon engagement et mon combat depuis la première minute où j'ai été élue, en 2005, un combat pour la transparence, pour la vérité, un combat vers la modernité", a-t-elle encore affirmé.

"Nous ne pouvons pas avoir, nous les entrepreneurs, les mêmes défauts que nous reprochons à la société, aux partis politiques en particulier, à savoir dire toujours que la réforme oui, mais ce n'est pas le bon moment", a-t-elle ajouté. Elle s'est enfin engagée à continuer "dans les mois qui viennent" à exercer ses fonctions "avec la même énergie, avec la même détermination, avec le même enthousiasme" que ceux qu'elle a eus "depuis la première seconde" où elle a été élue présidente du Medef.