Borloo

Hospitalisé le 26 janvier pour une pneumonie accompagnée d'une septicémieJean-Louis Borloo n'est plus apparu en public depuis. Dimanche, le patron de l'UDI a décidé de mettre un terme "à ses fonctions et mandats" politiques, selon un courrier envoyé au comité exécutif de son parti. "Je n'ai pas en l'état toute l'énergie nécessaire pour remplir complètement toutes mes responsabilités", écrit Jean-Louis Borloo. Celui qui aura 63 ans lundi se retire donc de la présidence de son parti et de celle du groupe parlementaire.

"Je suis cafardeux, incapable de lire"

Son état ne s'est pas amélioré. Les rares personnes qui ont pu le voir décrivent une personne affaiblie. "Je suis cafardeux, incapable de lire", confiait-il au téléphone mi-février à Bruno Jeudy, rédacteur en chef du JDD. Jean-Louis Borloo se disait alors incapable de dire s'il pouvait revenir en politique.

La semaine dernière encore, ses collaborateurs ont tenté de le convaincre de venir à l'Assemblée nationale pour assister au discours de politique générale de Manuel Valls. Mais le centriste a décliné. Vendredi, lors de l'émission Décideurs politiques diffusée sur leJDD.fr, la vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez espérait pour sa part que le député soit présent au meeting des centristes fin mai, avant les élections européennes. Le 13 mars,dans la même émission, Chantal Jouanno, sénatrice de l'UDI, s'était montrée inquiète quant à l'état de santé du député. "C'est long, il se remet lentement parce que c'est grave."

Un comité exécutif se réunira mardi, précise Jean-Louis Borloo dans sa lettre. Le centriste, qui a été maire de Valenciennes (1989-2002) et plusieurs fois député du Nord (1993-2002, 1997, 2010-2014) souhaite éviter "tout flottement" à la tête de l'UDI, qu'il avait initié à l'automne 2012. "Depuis les premiers jours de mon hospitalisation, les différents dirigeants, les groupes parlementaires ont assumé de manière exceptionnelle toutes les décisions dans un esprit de collégialité et d'unité avec une coordination générale qui a fonctionné de manière très efficace et dans le respect de chacun", écrit Jean-Louis Borloo.

Le 06/04/2014