Livre musulmans France

Un éditeur libanais se félicite de la réussite de son « Opération Ramadan » dans 1000 magasins partout en France.

L'objectif était de «montrer que les livres islamiques peuvent être vendus partout». C'est réussi. «Notre Opération Ramadan, mise en place chaque année depuis 2001, est un grand succès, se félicite Mansour Mansour, directeur de la maison d'édition libanaise Albouraq. Nos ouvrages sont aujourd'hui disponibles dans 1000 magasins en France, principalement en hypermarchés». Au Carrefour de Sartrouville (Yvelines), entre un bac de cahiers de vacances et une pile de livres de cuisine, une gondole en carton présente ses best-sellers: des corans, des biographies des prophètes, mais aussi des ouvrages «polémiques», selon l'expression même du patron d'Albouraq. Deux pétitions, signées par plus de 18.000 personnes, ont demandé, en vain, au groupe de distribution le «retrait de toute publication incitant à la violence religieuse». Au numéro vert antidjihad, mis en place en avril par Bernard Cazeneuve pour prévenir le départ de jeunes vers des pays comme la Syrie, on raconte avoir déjà reçu plusieurs appels à ce sujet. Le ministère de l'Intérieur, dit-on, «s'en occupe».

Sur la quatrième de couverture de La Voie du musulman, éditée en avril 2014, on peut ainsi lire que l'auteur, le cheikh algérien Abu Bakr al-Jazairi, «laisse transpirer ici des solutions conformes aux exigences du monde moderne». Florilège de ces «solutions» : «Les musulmans doivent installer toutes sortes d'usines d'armement pour fabriquer tout genre d'armes en usage dans le monde ou toute invention nouvelle, même au détriment du bien-être de la nation, est-il écrit page 267. Cela est aussi vital que la nourriture, l'habillement et le logement. Préparé, le djihad s'accomplit dans les conditions les plus satisfaisantes. Autrement, les musulmans seraient coupables et mériteraient le châtiment ici bas et dans l'autre monde». Page 394, on apprend l'attitude à adopter face à l'«hérétique». «C'est le musulman qui renie sa religion, devient juif, chrétien ou athée, précise-t-on. On le somme dans un délai de trois jours de revenir à l'islam, s'il refuse, il sera passible de la peine de mort.» On signale aussi qu'«il existe plusieurs façons de tuer les sodomites».

Dans Les Jardins des Saints, de l'imam sunnite An-Nawawi, un chapitre est consacré au «mérite de la guerre sainte». On peut y lire, par exemple, que les croyants «combattent pour la Cause de Dieu en tuant et en se faisant tuer». Réaction des clients? «Il y a d'un côté les intégristes musulmans, qui sont choqués que des livres sacrés soient vendus au milieu d'articles impurs, de l'autre les islamophobes…», répond-on chez Albouraq. Devant les pâtisseries libanaises du centre commercial de Sartrouville, on trouve aussi Dalila, «musulmane responsable», qui s'alarme à la vue de telles lignes: «Moi, mon fils a 17 ans, je surveille ses lectures!, lance cette jeune Kabyle. C'est terrible ce qu'on entend par ici: déjà à 12, 13 ans, des gamins mal dans leur peau parlent de partir pour laSyrie»

Inquiétude chez les pétitionnaires

Même inquiétude chez les pétitionnaires: «Alors que les groupes djihadistes au Proche-Orient (…) connaissent un regain d'activité se traduisant par la persécution de milliers de civils chrétiens», Carrefour, «influençant les achats de millions de consommateurs dans de nombreux pays» devrait être «plus vigilant», s'émeut Joachim Veliocas, qui dirige l'Observatoire de l'islamisation. «Alors que l'État laïc prétend lutter contre toute démonstration d'appartenance religieuse, il est à peine croyable de constater qu'aujourd'hui on puisse se procurer le manuel du parfait djihadiste comme on trouverait des pots de yaourts dans certaines grandes surfaces!», renchérit une deuxième pétition.

La direction du Carrefour de Sartrouville n'a pas souhaité rencontrer Le Figaro. Mais au service de presse du groupe, on explique que «ce n'est pas au distributeur de se prononcer sur le caractère choquant des publications». «Ces livres ne sont pas interdits!», assène une porte-parole, refusant de donner une tendance sur les ventes, mais glissant au passage que «d'autres grandes enseignes» distribuent les ouvrages incriminés… Comme la Fnac, par exemple: la chaîne explique qu'elle «commercialise tous les ouvrages disponibles en France», mais admet que «vu le contexte, c'est sensible».

Chez Albouraq, on trouve «agaçant d'être dénigrés comme ça». «Sur 500 pages, il n'y en a que deux ou trois qui peuvent être sujettes à mauvaise interprétation!, proteste Mansour Mansour. Lisez donc le chapitre sur le pardon ou le respect! Et les musulmans aussi, il y a énormément de livres qui les choquent: on ne les retire pas pour autant! Dans la Bible, par exemple, il y a des choses pires que ça…». Le directeur de la maison d'édition voit surtout que son Opération Ramadan  lui rapporte chaque année davantage. «Est-ce que c'est une bonne idée ou pas, c'est un autre problème!, conclut-il. Pour nous, c'est une affaire commerciale, point. Et puis ça montre que l'islam est de plus en plus important en France.»

Par Stéphane Kovacs le 28/07/2014

Note BYR : "Il y a d'un côté les intégristes musulmans, qui sont choqués que des livres sacrés soient vendus au milieu d'articles impurs, de l'autre les islamophobes…" bien entendu, tous ceux qui possèdent une autre façon de penser que ces musulmans radicaux (ou pas !) sont de vils islamophobes. De mieux en mieux !