Urne bleue

Signe qui ne trompe pas de l’intérêt que portent PS, FN et UMP à la législative partielle qui se déroulera dans le Doubs les 1er et 8 février (afin de remplacer Pierre Moscovici, nommé à la Commission européenne) : les déplacements sur place de Laurent Wauquiez, Marine Le Pen, Manuel Valls et Xavier Bertrand.

Après avoir envisagé de faire le voyage avant le premier tour, Nicolas Sarkozy devrait finalement se réserver pour l’entre-deux tours. « Gare à la non-qualification de notre candidat », prévient cependant un haut responsable de l’UMP. « Compte tenu de l’abstention attendue, il ne devrait pas y avoir de triangulaire, poursuit-il : seuls les deux premiers participeront au second tour. Or, le FN est arrivé en tête dans le Doubs aux européennes et le PS peut profiter du regain de popularité de l’exécutif. »

Le candidat UMP lui-même, Charles Demouge, n’exclut pas cette hypothèse, ayant déjà annoncé qu’en cas de duel PS-FN, il appellerait à voter pour le parti socialiste. « Une belle connerie ! », commente un député UMP, qui estime que son parti « doit absolument l’emporter », faute de quoi cette élection marquera « un tournant » : « Si le PS, qui a perdu toutes les partielles depuis 2012, l’emporte contre le FN, cela passera pour le grand retour des socialistes. Et si c’est le FN qui gagne, les médias mettront en avant sa capacité à faire barrage à la gauche. » Le même affirme que Sarkozy et Fillon, avec qui il en a parlé, sont, comme lui, « moyennement confiants ».

Le 28/01/2015

Valeurs Actuelles