Macédoine police

Depuis quelques temps on nous l'affirme : le problème de l'immigration provenant des continents du sud va être le sujet numéro 1 de toutes les discussions en Europe dans les prochains mois.

Le futur n'est plus à utiliser mais bien le présent.

Comme une relecture accélérée du roman de Jean Raspail "Le camp des saints" qui date tout de même de 1973, les "migrants" , le terme d'immigré clandestin n'a pas l'air de vouloir demeurer, ce sont des centaines de milliers de personnes qui se mettent à déferler sur l'ensemble des côtes des pays d'Europe et désormais ils passent les frontières internes en force comme en témoigne ce jour le "débordement" de police au poste-frontière greco-macédonien de Gevgelija

"Les migrants ont réussi à franchir les barbelés, en bravant les forces de l'ordre qui lançaient des grenades assourdissantes. Quelque 2.000 réfugiés, qui espèrent parvenir en Europe occidentale, se trouvaient depuis jeudi dans un no man's land situé entre le village grec d'Idomeni et la ville macédonienne de Gevgelija." écrit ce soir la rédaction du site de BFM-TV.

Il y a quelques années le deuxième président de la république algérienne Mohamed ben Brahim Boukharouba plus connu sous son nom de responsable FLN Houari Boumédiène avait eu ces paroles fortes qui à l'époque -dans les années 1970- avaient plu fait se marrer dans les salons parisiens qu'autre chose "un jour des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là bas pour le conquérir. Et ils le conquerrons avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire". 

Nous y sommes...

L'avenir du continent européen en tant que tel et non pas dans sa version politique puisque l'ensemble du continent est touché, se joue maintenant.

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39