Theresa May

Contre toute attente, Theresa May a appelé ce mardi 18 avril à la tenue d'élections législatives anticipées le 8 juin lors d'une annonce surprise devant sa résidence de Downing Street. Cette décision politique majeure survient trois semaines après le déclenchement du Brexit par la Première ministre britannique. Pour valider la tenue du scrutin, la dirigeante britannique doit encore obtenir l'aval du parlement à la majorité des deux tiers.

L'opposition travailliste a donc en théorie le pouvoir de bloquer l'initiative, mais son leader Jeremy Corbyn a laissé entendre dernièrement qu'il ne s'opposerait pas à des élections anticipées. La cheffe du gouvernement conservateur, en poste depuis moins d'un an, compte tirer profit de l'extrême faiblesse des travaillistes dans les sondages pour conforter son mandat et sa majorité par le vote populaire avant les difficiles négociations sur la sortie de l'Union européenne.

La dirigeante souhaite capitaliser sur sa popularité

Theresa May a pris les rênes de l'exécutif, sans être élue, quelques jours après le coup de tonnerre du référendum du 23 juin 2016 où les Britanniques se sont prononcés à près de 52% pour un Brexit, conduisant son prédécesseur David Cameron à la démission. Les prochaines élections législatives n'étaient prévues que pour 2020. Mais Theresa May, dont la popularité est au zénith, a estimé que c'était le bon moment pour tenter de renforcer sa légitimité et avoir les coudées franches, alors que s'ouvre une période de deux ans de discussions avec l'UE pour négocier un divorce qui s'annonce douloureux.

"Nous avons besoin de nouvelles élections et nous en avons besoin maintenant. Nous avons une opportunité unique de le faire avant d'entrer dans le vif des négociations" avec l'UE, a-t-elle expliqué ce mardi. Actuellement, le parti conservateur ne dispose que d'une courte majorité de 17 députés au parlement de Westminster et le gouvernement n'est pas à l'abri d'une rébellion dans son propre camp susceptible de freiner son action.

Theresa May revient sur sa parole

La tentation était grande d'augmenter cette majorité puisque les sondages prédisent tous un boulevard au parti de Theresa May face aux travaillistes et leur leader radical Jeremy Corbyn en cas d'élection anticipée. Deux enquêtes d'opinion publiées le week-end dernier par les instituts You Gov et ComRes ont encore donné 21 points d'avance aux conservateurs, un gouffre que Theresa May a donc finalement choisi d'exploiter.

Si le scénario d'élections anticipées donnait lieu à des spéculations récurrentes, l'annonce mardi en milieu de matinée par Downing Street que l'ancienne ministre de l'Intérieur allait s'exprimer une heure plus tard devant sa résidence officielle a pris tous les observateurs par surprise. Ces dernières semaines, les services de la Première ministre avaient vigoureusement écarté la tenue de telles élections. Theresa May a dit avoir longtemps réfléchi avant de se résoudre à appeler de nouvelles élections.

Par Geoffroy Lang le 18/04/2017

RTL