Vote 1

La victoire écrasante du mouvement politique créé par Emmanuel Macron, avec ses alliés du MoDem,  qui sonne comme un coup de tonnerre  prévient d'un changement radical au sein du monde politique national.

Effectivement La république en Marche vient d'obtenir une majorité écrasante à l'Assemblée nationale avec selon Elabe, entre 325  et 425  députés contre 97 à 117 parlementaires Les Républicains , une poignée d'élus socialistes (29 à 34 députés) et écologauchistes, quelques communistes et mélenchonistes (12 à 17 sièges  ) et 4 à 6 députés qui représenteront le Front National, dont notre présidente, Marine Le Pen, élue dans le Pas-de-Calais et Louis Aliot dans les Pyrénées-Orientales tandis qu'àYerre dans les Yvelines Nicolas Dupont-Aignan est annoncé perdant.

Cette victoire plus qu'écrasante  du camp du président nous pose franchement quelques questions -internes au mouvement patriote- mais pose également les questions majeures suivantes :

- avec 57 voir 58% d'abstention, quelle légitimité vont donc avoir les élus pour décider de telles ou telles lois ?

- avec un tel record historique d'abstention se pose la question de savoir si effectivement LREM va pouvoir tranquillement s'installer pour les cinq ans à venir sans qu'aucune réforme d'ampleur de notre vie politique ne soit prise : en clair, arrêtons de se cacher sous le seul vote de cette journée, et exigeons l'instauration -et au plus vite- du scrutin proportionnel à chacune des élections à venir.

Il en est de la démocratie !

De la sorte, cela permettrait enfin, à chaque formations de notre pays, de se voir représenter dignement, en fonction de son poids politique réel au sein de nos assemblées.

En ce qui concerne le Front National, la question est celle-là, et elle se pose gravement ce soir :

Est-il normal dans une démocratie telle que la nôtre de constater que le mouvement dirigé par Marine Le Pen, qui a obtenu près de 11 millions de suffrages le mois dernier à l'élection présidentielle se retrouve ce soir avec un nombre si peu important de parlementaires ?

La question peut se poser également pour les autres formations politiques qui se retrouvent ce soir dans une situation analogue et certrainement pire : le FN n'ayant dans la précédente législature que deux élus, l'une, Marion Maréchal-Le Pen dans le Vaucluse et l'autre, dans le Gard, avec Gilbert Collard.

Ce soir, en tout cas, c'est bien une nouvelle ère qui semble s'annoncer pour la République française.

GS