Philippot Bourgogne

Cela n'était pas arrivé depuis 1981.

L'État français a annoncé, jeudi 27 juillet, la nationalisation provisoire des chantiers navals de STX, fleuron de l'industrie française. "C'est la solution que nous préconisons depuis des années", a martelé Florian Philippot au micro de RTL, vendredi 28 juillet, soulignant la "fierté française" et le "très bel actif" que représentent ces chantiers navals

Si le vice-président du Front national ne s'opposerait "pas forcément" à une nationalisation définitive, il insiste sur le besoin de "trouver une solution viable et nationale". "La solution italienne était une solution hostile depuis le départ", estime-t-il, raillant par la même occasion l'attitude du gouvernement : "Voir le gouvernement de nouveau se précipiter dans les bras de cet italien (le ministre de l'Economie Bruno Le Maire se rend à Rome mardi 1er août pour discuter avec son homologue italien, ndlr) n'est pas très rassurant, juge Florian Philippot. Il y a des pudeurs autour de la nationalisation, ça n'a rien de scandaleux ! On n'ose même pas prononcer le mot au gouvernement".

Le député européen le martèle au micro de RTL. Pour lui, c'est une solution française qu'il faut trouver, arguant que les Italiens "s'en remettront" : "Ne nous précipitons pas avec cet italien qui rapatriera l'activité et l'emploi en Italie au moindre coup dur, on le sait...".

Par Jerôme Chapuis le 28/07/2017

RTL