Cambadelis 2017

Dans un PSl’heure est aux économies, au lendemain d’une déroute électorale sans précédent, les premiers bruits de couloir entourant le coût de la Belle Alliance Populaire en a fait pâlir plus d’un. La formation politique qui était censée sauver François Hollande et le Parti socialiste pourrait finir d’achever ce dernier aux abois financièrement.

En décembre, on apprenait par Le Canard enchaîné que le grand meeting de lancement de la Belle Alliance Populaire (BAL) à Paris avait coûté près de 700.000 euros.

L'événement avait pourtant été boudé par les figures de proue de l’aile gauche du Ps - Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche -, mais également par une grande partie des militants. Quand Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, espérait 10.000 personnes, seuls 3.000 sympathisants avaient finalement fait le déplacementpour écouter Jean-Luc Bennahmias et François de Rugy.

Une mystérieuse société événementielle à la main lourde

Au-delà du désaveu, le choix du prestataire laisse de nombreux spécialistes de l’événementiel dubitatifs, comme le révèle Marianne ce vendredi 4 août. L’entreprise Lune Event/Media Consulting, qui avait remporté les contrats "scénographie", "captation" et "diffusion", aurait été imposée par la direction du PS. "Si on prend ligne par ligne (...) tout est surdimensionné. C'est un devis digne du concours de Miss France !", dénonce un professionnel de l’événementiel interrogé par Marianne. À elle seule, Lune Event/Media Consulting a pourtant empoché la majorité du cachet ce soir-là avec une facture de 339.601 euros.

Ces dernières révélations ont achevé de plomber l’ambiance du côté de la rue de Solférino. Alors que les revenus du Parti socialiste sont réduits à peau de chagrin après l’enchaînement des déroutes électorales depuis 2014. Le parti devrait voir ses dotations fondre comme neige au soleil l’an prochain, en passant de 24,9 millions d’euros à 6,5 millions d’euros.

Toujours selon Marianne, le parti d’Epinay préparerait un véritable plan social pour sauver ses finances. Le PS pourrait ainsi se séparer de la moitié des permanents du siège du parti, soit une cinquantaine de personnes. Selon Le Canard enchaîné, les membres du PS auraient également appris que l'hôtel particulier qu'ils occupaient depuis 1980, situé au numéro 10 de la rue de Solférinoallait être mis en vente, pour un gain espéré de 40 millions d’euros.

Par Geoffroy Lang le 04/08/2017

RTL