Citation Con

Pour la seconde année consécutive, un “camp décolonial” se tient en France, cet été, du 12 au 16 août. Organisé par la militante “afroféministe” Fania Noël et la journaliste antiraciste Sihame Assbague, proche des Indigènes de la République, il est réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français, précise son site officiel. Comprendre : interdit aux Blancs ! Au total, 220 personnes sont attendues.

Pour des raisons de tranquillité et de sécurité, le lieu exact ne sera pas communiqué, est-il encore indiqué. Durant cinq jours, les participant alterneront ainsi entre formations théoriques, retours d’expériences, ateliers pratiques et partage de stratégies d’organisation locale et/ou thématique. L’objectif étant d’offrir un véritable espace de formation à l’antiracisme politique et, plus généralement, aux luttes décoloniales.

Tout un programme

Les interventions devraient principalement porter sur les questions liées au racisme, à la suprématie blanche, l’impérialisme, le (néo)colonialisme et aux quartiers populaires, annonce le site. L’idée est simple : donner des outils théoriques ou pratiques pour déconstruire, appréhender et s’organiser face au système raciste. L’événement radical, organisé à Reims en 2016, avait créé la polémique et suscité des critiques de responsables politiques.

Le 10/0/2017

Valeurs actuelles

Note BYR : Imaginez deux secondes l'inverse... un camp "identitaire autochtone". La gauche, l'extrême-gauche, les hordes de libertaires de tout accabit sans compter les faux droitiers de LR &Co seraient immédiatement en masse dans les rues... on a, là aussi, les indignations à géométrie variable.