Mélenchon 2017

L'Incorrect

Par Gabriel Robin, SG du CLIC le 23/09/2017

"Etre français, ce n’est pas une couleur de peau, c’est pas une religion, c’est adhérer à un programme commun de l’humanité ", a dit Jean-Luc Mélenchon en visite à La Réunion le samedi 16 septembre 2017. S’il a indéniablement raison pour les deux premières négations, sa définition de l’appartenance à la France ne peut que faire bondir.

Elle rappellera d’ailleurs l’œuvre méconnue du baron Jean-Baptiste de Cloots, dit Anacharsis Cloots. Député de l’Oise, ce philosophe prussien fut fait citoyen d’honneur de la France en 1792. Dans son œuvre majeure, publiée la même année sous le titre « La République universelle ou Adresse aux tyrannicides », Anacharsis Cloots développe une pensée originale pour son temps, profondément cosmopolite, arguant que la République naissante ne devait pas se contenter d’être simplement « française », s’adressant à tous les citoyens « de la « République des hommes ».

Anacharsis Cloots ne décrivait-il ainsi pas le « programme commun de l’humanité » défendu par Jean-Luc Mélenchon ? S’il suffisait d’adopter une vision de l’Homme pour appartenir au peuple français, celui-ci se confondrait avec l’humanité toute entière. C’est là tout le paradoxe de Jean-Luc Mélenchon qui, croyant exalter une certaine Idée de la France, ne fait que la diluer dans un grand tout uniformisant. Président du club des Jacobins, Cloots finit décapité à la suite du procès des hébertistes, ces « exagérés » qui agaçaient tant Robespierre, autre référence historique des Insoumis.
Danielle Simonnet, actuelle coordinatrice du Parti de gauche, ne voulait-elle pas qu’une rue de Paris soit rebaptisée du nom de Maximilien de Robespierre ? Une demande qui pouvait faire sens mais qui avait été très mal justifiée, l’alliée de Jean-Luc Mélenchon estimant que l’Incorruptible « n’avait été pour rien dans l’épisode de la Terreur ».
 
Patrice Guennifey, spécialiste de la période, avait alors réagi dans les colonnes du Figaro Vox « Le PCF, du temps de sa puissance, réclamait une rue Robespierre à Paris (il y en a, et même une station de métro, dans les anciens bastions communistes) en se fondant sur son action, laquelle incluait la Terreur. Aujourd’hui, leurs épigones demandent une rue Robespierre en alléguant qu’il n’était pour rien dans la Terreur. C’est le paradoxe ; ces pétitionnaires rabaissent le rôle de l’Incorruptible afin de le défendre ». Un peu comme Mélenchon qui est hébertiste sans même le savoir, par pure démagogie, par facilité. Il faut bien distinguer le caractère universel de la France, de ses coutumes, de son Histoire, de ce qu’elle signifie pour le monde, et l’Idée d’une France ouverte aux quatre vents, vidée de sa substance, que Jean-Luc Mélenchon semble promouvoir.
 
Reconnaissons toutefois que ces propos s’inscrivaient dans un contexte très tendu, opposant le Lider Maximo des Insoumis, bête médiatique, à ce qu’il reste du Parti Communiste français, dirigé par Pierre Laurent. Un PCF à l’aura nationale réduite mais toujours capable de faire élire des députés, des sénateurs et des maires, bien organisé autour d’une base militante fidèle et bien formée.
Pour réaliser l’union de la gauche et affronter Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle de 2022, Jean-Luc Mélenchon doit revenir aux fondamentaux, tempérer les élans patriotiques et souverainistes qu’il mettait en avant lors de la campagne de 2017. D’où, peut-être, ce discours plus internationaliste, capable de séduire les anciens partisans de Benoît Hamon, désormais proche de celui qui était encore son adversaire il y a de cela quelques petits mois.
Une manière d’être l’opposant numéro un d’un Emmanuel Macron aux tentations droitières, bien campé sur le centre de la vie politique française…