Moix

Les analyses de Michèle Tribalat, spécialiste reconnue des questions migratoires, ne sont pas assez politiquement correct aux yeux de l’écrivain Yann Moix. Dans le Figaro du 26 octobre, la démographe, qui s’attriste assez longuement, et plus lourdement encore, de la mollesse des autorités françaises en matière d’expulsions, a émis des propos qui ne sont acceptables que dans une société qui, elle aussi, semble s’oublier, écrit-il dans une tribune, publiée sur le site de Libération, ce jeudi.

Qualifiant l’entretien de solo de haine autorisée et quelque peu technique”, le chroniqueur de l’émission “On n’est pas couché” dit même espérer” la venue de migrants en grand nombre. Dans l’espace bistrotier, accablée par l’abus d’un anis, on aurait pardonné, quoi que fort gêné, la terrible inanité de ces fulgurances vermoulues ; dans l’espace intellectuel, il nous procure la nausée”, écrit-il ainsi.

Avant de conclure : Cette nausée, nous l’espérons, sera dissipée par l’arrivée, la plus massive possible, de ces Français de demain, nés à Kaboul, à Khartoum, à Asmara, et qui savent, ou sentent, que l’avenir n’appartient jamais à ceux qui, au lieu de dormir, surveillent leurs frontières en aboyant.

Contrairement à lui, une majorité de Français estime que le nombre d’immigrés est trop élevé en France, selon un récent sondage.

Le 03/11/2017

Valeurs Actuelles

Note BYR : Monsieur Moix qui nous domine de sa position "hydro-médiatique", n'a heureusement pas la science infuse, il n'est pas devin... il est juste pétrit de haine envers ses compatriotes qui ne sont pas de son milieu : celui des bobos macronistes.