Montmarin Vesoul

Dix personnes ont été interpellées lundi dans un quartier sensible de Vesoul, après des violences urbaines qui ont touché la ville fin septembre en réaction à la création d'une brigade de police nocturne, a affirmé le parquet. Les interpellations ont eu lieu à 6 heures lundi dans le quartier du Montmarin, lors d'une vaste opération mobilisant une soixantaine de policiers, dont ceux de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Dijon, a déclaré le procureur de la République de Vesoul Emmanuel Dupic

Pompiers et policiers cibles de violences

Dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 septembre, une voiture et six poubelles ont été volontairement incendiées dans le quartier sensible du Montmarin à Vesoul. Les pompiers arrivés pour éteindre les incendies, ainsi que les policiers qui les accompagnaient, avaient ensuite été la cible de jets de tessons de bouteilles et de pavés. Un fonctionnaire de police avait été légèrement blessé et plusieurs véhicules endommagés. Selon le procureur, les incendies ont sans doute été allumés pour attirer les pompiers et les policiers dans un "guet-apens".

Une information judiciaire ouverte

Ces violences urbaines sont "probablement liées à la récente création d'un groupe de sécurité et de protection de la police - l'équivalent d'une brigade anticriminalité (Bac) - qui patrouille et intervient la nuit à Vesoul et notamment dans le quartier du Montmarin", avait-il estimé à l'époque des faits. Le parquet de Vesoul a ouvert une information judiciaire pour "violences aggravées sur dépositaires de l'ordre public, en réunion et avec armes", ainsi que pour "destruction par incendie".

Début octobre, trois hommes, dont deux mineurs de 17 ans, avaient déjà été mis en examen et écroués dans le cadre de cette enquête.

Le 13/11/2017 avec AFP

Europe 1