Mer de nuages

Sur le site Atlantico, Benoit Rayski a étrillé le président de l’Assemblée nationale François de Rugy, pointant son manque de « décence» , lequel  « s’est bruyamment réjoui de la levée de l’immunité parlementaire » de la présidente du FN ( « Ça montre qu’aucun député n’est au-dessus des lois » a-t-il déclaré), au motif  qu’elle avait relayé des photos d’exactions commises par l’Etat Islamique. On se souviendra qu’il y a quelques années, Marineavait été traînée devant la justice par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), pour avoir comparé les prières de rue musulmanes, encouragées et exécutées par un certain nombre de provocateurs et prosélytes plus ou moins téléguidés par des pays étrangers, à « l’occupation allemande ». Comparaison qui avait déclenché l’ouverture d’une information judiciaire suite au dépôt de plainte du CCIF ( le 31 janvier 2011) pour « provocation à la discrimination, à la violence et à la haine envers un groupe de personnes en raison de leur religion ». Une accusation dont Marine fut finalement exonérée par la justice.

Vendredi dernier à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), à l’initiative du maire LR, Rémi Muzeau qui a fini par céder aux injonctions d’une population excédée, une centaine d’élus franciliens de sa couleur politique mais aussi du Front National se sont rendus devant la rue où les mahométans se rassemblent pour occuper  l’espace public. Le cortège a entonné La Marseillaise à laquelle les fidèles (qui disent prier dans la rue pour protester contre la fermeture d’ un lieu de culte en centre-ville au mois de mars dernier) ont répliqué par de vibrants Allah akbar!le décor était planté.

Une précédente manifestation anti-prières de rue avait eu lieu le 3 novembre à l’appel d’un petit groupuscule baptisé Forces Laïques. Le FN avait alerté depuis longtemps les pouvoirs publics pour  dénoncer cette situation, notamment le responsable frontiste et élu dyonisien Jordan Bardella, le président du groupe FN francilien Wallerand de Saint-Just, les députés Gilbert Collard et Ludovic Pajot

Le site RTqui a relaté cette épisode, n’a pas manqué de pointer les commentaires ahurissants de «certains médias » qui maniant l’inversion accusatoire, se sont «pris les pieds dans le tapis» en parlant au sujet de cette manifestation d’ élus qui «perturbent» une prière de rue ! Ce fut le cas notamment du  Parisien et du Point qui ont repris l’un et l’autre  le verbe perturber utilisé par une dépêche de l’AFP, entraînant  l’indignation de nombreux internautes. Un bel exemple de soumission sémantique aux groupes de pressions islamistes et antiracistes, de cette «satellisation psychologique qui épargne de penser » décrite déjà dans les années 70 par  le philosophe et historien  Thomas Molnar vis-à-vis de l’idéologie totalitaire léniniste.  Un  communisme appréhendé  alors par le sociologue Jules Monnerot comme « l’islam du XXe siècle»…à moins que lislamisme ne devienne le communisme du XXIe siècle

Nos compatriotes ont eu d’autres motifs d’indignations ces dernières heures, que ce soit à la lecture du Dauphiné, relatant l’histoire de cet immigré clandestin Congolais âgé de 26 ans qui, se décrivant comme une migrant mineur isolé,  « a touché 150 000 euros d’aide en 4 ans ».  Ou encore les scènes de déferlements dans nos rues  qui ont émaillé le 11 novembre,  suite à la qualification du Maroc pour le prochain mondial de foot.

« Malheureusement, toutes les célébrations ne se sont pas passées aussi bien qu’à Paris ou Casablanca. À Bruxelles par exemple, la police belge a dû intervenir pour mettre fin à des échauffourées dans le centre-ville »a expliqué benoîtement  Le Figaro.  En France même, y compris à Paris, cette victoire a été le prétexte à des actes motivés clairement,  si ce n’est par  une volonté  de casserdu moins par l’affirmation de l’accaparement là aussi de l’espace public sur l’air du je fais ce que je veux car on est chez nous. Autant dire que les autorités marocaines, elles, ne toléreraient pas de tels comportements qui seraient très sévèrement punis.

Le site fdesouche a pointé les débordements qui ont eu lieu à Nancy, Avignon, Lyon, NantesBéziers, Montpellier, FréjusDole (notamment des incendies de voitures et de mobiliers urbains). «La France entière se transforme en souk marocain. Que fait le ministre de l’Intérieur ? » s’est interrogé sur twitter le porte-parole du FN et maire de Beaucaire Julien SanchezMarine a souligné pareillement qu’ il est essentiel de rappeler fermement que les étrangers en France sont tenus à un devoir de réserve et de respect, particulièrement les jours de commémorations.

Voir flotter des drapeaux étrangers et voir des dégradations autour de l’Arc de Triomphe, un 11 novembre jour mémoire pour nos Poilus, est une véritable profanation…» 

Ce manque de respect (pour ne pas dire plus) envers un  pays d’accueil comme la France, que l’on constate ici à travers les comportements de (certains) supporters marocains comme avec les cas des prières de rue, est proprement insupportable. Il est le fruit de notre  laxisme,  de nos lâchetés, de nos errances multiculturalistes, d’une politique immigrationniste qui a conduit dans de nombreux quartiers et localités de notre pays à un Grand Remplacement effectif , de  notre incapacité a proclamer sereinement mais fermement nos valeurs, notre fierté nationale

Ne nous y trompons pas  et redisons-le ici, la source de nos maux ne réside pas en premier lieu  dans l’islam, qui n’est pas d’un bloc, divers dans ses pratiques et leurs applications par ses fidèles, dont beaucoup sont d’honnêtes citoyens ou des  hôtes irréprochables de notre pays.  Une religion  qui ne posait pas de problèmes particuliers tant que les populations musulmanes vivant sur notre sol étaient en nombre raisonnable. Nos malheurs actuels, sans même parler de l‘affaissement culturel, spirituel, moral des de souche, encouragé, distillé depuis des décennies par le gauchisme, le cosmopolitisme, le mondialisme du monde intellectuel, éducatif, médiatique, politique, ont pour cause l’immigration de peuplement.

C’est ce tsunami migratoire  qui  rend illusoire ou au mieux très problématique toute intégration-assimilation,  qui   est le support de l’idéologie  prosélyte, revendicative, voire revancharde qui sévit dans des zones  sans cesse plus importantes de notre nation.

Au-delà du cas emblématique de la Seine-Saint-Denis en Ile-de-France, si tous les territoires des Hauts-de-Seine  étaient encore peuplés très  majoritairement de Français de confession et/ou de culture chrétienne assisterait-on à des prières de rue? Et les constructions de lieux de culte imposants, comme celle entamée en octobre  de la Grande mosquée turque de Strasbourg avec minarets de 36 mètres de haut,  sont-elles la solution?

Au terme  d’« occupation » pour qualifier cette immigration-là, Bruno Gollnisch avait confié qu’ « (il parlerait) personnellement plutôt de colonisation progressive. L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, artisan pourtant avec Jacques Chirac en 1976 du regroupement  familial,   avait carrément parlé quelques années après d’invasion ! A l’époque, tout le monde avait crié au scandale. Aujourd’hui, qui s’en rappelle ? Qui lui donnerait tort? »

Alors il faut que les Français réagissent et vite! Afin que ne se vérifie pas une nouvelle fois l’avertissement prodigué par  Dominique Venner il y a déjà plus de quarante ans : «la seule épitaphe des cités mal défendues est toujours le rire des barbares dans le sang des innocents. »

Le 13/11/2017

Bruno Gollnisch