Police VS musulmans Allemagne

C’est une enquête menée en Allemagne, et plus exactement en Basse-Saxe, qui le révèle : près d’un tiers des jeunes musulmans vivant ici, immigrés ou ayant acquis la nationalité allemande, se sentent des affinités fortes avec l’intégrisme islamique.

L’étude a porté sur 10 000 jeunes gens, dont 500 se définissant comme musulmans. C’est un travail parfaitement fiable, estime l’Institut de recherche criminologique régional. L’Institut a donc rendu publics les résultats de son sondage. Ils sont édifiants :

29,9 % des jeunes musulmans d’Allemagne se déclarent prêts à « se battre et à risquer leur vie pour l’islam ». 27,4 % d’entre eux estiment que la c haria est supérieure aux lois allemandes, en particulier pour châtier les homosexuels et les actes d’adultère.

Cela ne signifie évidemment pas qu’un tiers des jeunes musulmans sont des terroristes déclarés ou en puissance. Néanmoins 8 % d’entre eux déclarent soutenir Daesh dans sa « croisade » pour un Etat islamique. Et à la proposition : « Les musulmans sont autorisés à atteindre leurs objectifs, au besoin par des attaques terroristes », on trouve encore 3,8 % d’entre eux pour y adhérer, c’est-à-dire pour justifier le terrorisme. C’est certes une petite minorité, mais en forte progression. Cette évolution est d’autant plus inquiétante qu’elle expose les apologistes du terrorisme à des poursuites. Si 3,8 % des jeunes musulmans s’expriment ainsi, sans retenue, on peut supposer qu’une fraction bien plus importante pense de même, mais préfère jouer la prudence.

18,6 % des jeunes musulmans interrogés ont indiqué considérer qu’« il est du devoir de chaque musulman de combattre les incroyants et de répandre l’islam dans le monde ». 17,7 % d’entre eux ont choisi cette autre formule : « les ennemis de l’islam » doivent être attaqués « avec la plus grande sévérité ».

Cette enquête n’a guère été diffusée dans le pays, sans doute pour ne pas donner de grain à moudre au parti identitaire AfD, qui a le vent en poupe, en ce moment. Il est vrai qu’elle offre une inquiétante image du « vivre-ensemble » à l’allemande. Elle révèle en effet une progression du radicalisme islamiste, notamment chez les jeunes d’origine turque, très nombreux en Allemagne, radicalisme encouragé par les autorités de leur pays d’origine.

Par Francis Bergeron le 12/01/2018

Présent