Une Ebdo n°5

Il y a de cela quelques mois il ne pouvait se passer quelques jours sans que les journaux, les radios, les télévisions nous ramènent la "ménagère" de plus de 50 ans, cette dame qui représenterait au mieux la consommatrice lambda, celle qui tient le budget d'une famille au gré des fameuses enquêtes sur la société française. Ces derniers jours, ce serait plutôt le "vicelard" de plus ou moins 50 ans qui serait en passe de tenir le devant du décor !

En effet, il ne se passe désormais plus de semaine sans que la presse française ou internationale nous relate des affaires de moeurs visant aussi bien le monde de la culture, de la politique ou encore de l'économie, des agressions sexuelles commises bien évidemment par des hommes connus du grand public.

Car, que monsieur X, plombier, ait violé sa secrétaire derrière un fauteuil ne les intéressera nullement.

Non, les dernières "révélations" concernaient des ministres en exercice. La semaine dernière ce fut Gérald Darmaninministre de l'Action et des Comptes publics, qui fut ciblé par Le Canard Enchaîné sur le fait que ce dernier ait violé en 2009 par "surprise" dans une chambre d'hôtel une dame de sa connaissance, qui fut condamnée en 2003 et 2005 pour "chantage", "trouble à la tranquillité d’autrui par appels téléphoniques malveillants réitérés" et "menace de crime" pour avoir harcelé et soutiré des sommes d’argent à son ancien compagnon...

Aujourd'hui c'est au tour de Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique d'être visé par un article publié par le magazine  Ebdo relevant que l'ancien animateur de télévision aurait en 1997 abusé sexuellement d'une jeune femme de 20 ans à l'époque - il serait question d'une petite-fille de l'ancien président Mitterrand- cette dernière a déposé une plainte en 2008. Il aurait récidivé quelques années plus tard avec une de ses ex-collaboratrices

Bien évidemment, toute forme de viol ou de contrainte sexuelle doit être sanctionnée et je suis pour une application sévère des lois en vigueur pour ce genre de délit et la défense trouble de monsieur Hulot ( il mets en avant le fait que l'affaire ne peut désormais être jugé car il y a prescription) ainsi que le fait qu'une plainte ait vraiment été déposée ne joue guère en sa faveur. Mais je trouve l'hystérie et les condamnations sans procès auxquelles on assiste aujourd'hui tout à fait hors normes

Il est de constater que la réputation d'une personne quel quelle soit ne se fait plus sur des faits réels, constatés et jugés mais sur des "scoops", des "révélations" plus ou moins étayées et largement accentués depuis dix ans par l'audience et l'utilisation des réseaux sociaux qui servent en l'occurence de puissantes caisse de résonance : en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire une réputation peut être soit propulsée soit détruite.

Pour en revenir à la "révélation" du jour, je ne peux m'empêcher de penser que les auteurs et propriétaires du magazine Ebdo dont c'est le numéro 5, profitent à plein de la situation née des suites de la désormais mythique  affaire  Wildenstein pour pouvoir diffuser des exemplaires de sa publication.

Il est à noter que dans ce même numéro, le magazine en question, fait également ses choux gras envers notre mouvement politique en publiant un papier plus que favorable sur une ex-commerçante de la ville d'Hénin-Beaumont qui le moins que l'on puisse dire n'apprécie guère la démocratie qui a placé le Front National à la tête de la municipalité.

Au fait, avez-vous entendu la prêtresse de la communication féministe, Marlène Schiappa, au sujet des affaires concernant ses collègues ministres mis au pilori ces derniers jours ?

GS