Poutine manoeuvre militaire

Vladimir Poutine bombe le torse. Nouveaux types de missiles de croisière avec une "portée illimitée", des mini-submersibles à propulsion nucléaire, une arme laser... À deux semaines d'une présidentielle déjà acquise faute de réelle opposition, le chef du Kremlin a présenté devant le Parlement les dernières armes "invincibles" de la Russie, images de synthèse, infographies et vidéos à l'appui. Comme s'il souhaitait attirer l'attention des Occidentaux, dont il dénonce l'attitude envers la Russie.

"Nous n'avons jamais fait secret de nos plans (...) C'est même surprenant que malgré tous les problèmes, la Russie est restée la première puissance nucléaire. Personne ne voulait nous parler, personne ne voulait nous écouter. Écoutez-nous maintenant !", a-t-il lancé, provoquant une standing ovation des parlementaires réunis dans un bâtiment historique proche du Kremlin.

Vladimir Poutine ne digère pas l'interventionnisme de l'Occident dans la crise ukrainienne ainsi que les critiques sur sa position en Syrie. "Ce que vous avez essayé pour gêner, empêcher, entraver la Russie n'a pas réussi. Tous les travaux de renforcement de la capacité défensive de la Russie ont été menés et sont menés", a-t-il lâché, se défendant toutefois d'alimenter toute course aux armements.

"Une réponse" à l'activité militaire américaine

L'homme fort de Russie y voit là "une réponse" à l'activité militaire américaine, dont la nouvelle posture nucléaire a été qualifiée par Moscou comme "belliqueuse" et "antirusse".

Ce discours militariste intervient alors que les relations entre la Russie et les Occidentaux sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide, sur fond de désaccords persistants sur l'Ukraine et la Syrie et les accusations d'ingérence dans les processus électoraux à l'étranger.

Trump et Merkel se disent "inquiets"

La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump se sont dits "inquiets" lors d'une conversation téléphonique après le discours de Vladimir Poutine.

"La chancelière et le président sont inquiets des dernières déclarations du président russe Poutine sur le développement de (son) armement et de leurs conséquences sur les efforts de contrôle international des systèmes d'armements", a indiqué vendredi la chancellerie allemande dans un communiqué.

Par Ludovic Galtier le 01/03/2018

RTL