Voile & enfants

Communiqué de presse du Forum Ecole et Nation du 16/04/2018

Dimanche 16 avril, à l’occasion de son entretien « un an à l’Elysée », Emmanuel Macron s’est dit favorable à la présence de mères voilées lors des sorties scolaires. Sur ce point, il se démarque donc de son ministre de l’Education qui s’était montré beaucoup plus réticent. Jean-Michel Blanquer considère à juste titre que les accompagnatrices doivent respecter le principe de laïcité de l’Ecole républicaine.

Jean-Michel Blanquer désavoué

Emmanuel Macron a qualifié la position de son ministre de « conviction personnelle » et s’est rangé assez lâchement derrière les jurisprudences du Conseil d’Etat.

Affirmant que « nous devons collectivement être intelligents » face à ce type de revendications, le Président a indiqué au sujet des mères voilées : « elles sont citoyennes, elles ont leur identité, elles sont là et la société [contrairement à l’Etat] n’est pas laïque et leur permet d’avoir le voile ».

Un nouveau signal de faiblesse de l’Etat

Emmanuel Macron reconnaît pourtant que le voile « n’est pas conforme à la civilité » de notre pays et qu’il instaure « une différence, une distance, une séparation » malsaine entre les hommes et les femmes. Mais il refuse, par conformisme idéologique, d’envoyer un signal de fermeté aux islamistes. Pourtant, la loi de 2004 sur les signes religieux a démontré que l’Etat, lorsqu’il est doté d’une volonté politique, peut apporter des solutions de bon sens face au communautarisme grandissant. Ce manque de courage du Président est préjudiciable pour l’Institution scolaire (qui transige avec ses principes), pour les élèves (qui constateront dès leur plus jeune âge l’existence d’une laïcité à géométrie variable) et pour les femmes (que M. Macron prétend pourtant « émanciper »).

Forum Ecole et Nation