Morsang-sur-Orge (91) Mairie

Au cœur de l’été, à la fin du mois de juillet dernierl’accueil d’environ deux cents migrants dans des gymnases de Dourdan et Corbeil-Essonnes n’avait pas posé problème. Mais cette fois, la situation est plus tendue à Sainte-Geneviève-des-Bois et Morsang-sur-Orge. Les municipalités ont appris il y a peu qu’un gymnase sera bientôt réquisitionné par l’Etat dans chacune des deux villes afin d’accueillir des personnes évacuées d’un campement parisien. Une aide de courte durée : les migrants ne devraient rester que « 15 jours environ » selon la préfecture.

« L’Etat se défausse de sa responsabilité » sur les communes, s’alarment pourtant dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux Marjolaine Rauze, maire (PCF) de Morsang-sur-Orge, Frédéric Petitta, maire (PS) de Sainte-Geneviève-des-Bois, et Olivier Léonhardt, sénateur (ex-PS) et ancien maire de Sainte-Geneviève. Ils estiment que « dans cette période, on ne peut plus chargée en initiatives et compétitions et d’utilisation par [les] établissements scolaires », il aurait été « utile de recenser d’autres possibilités ».

« Les gymnases sont sacrément utilisés en ce moment », s’exclame Frédéric Petitta, dont la commune comporte cinq équipements de ce type selon la préfecture. « Notamment par des lycéens qui passeront bientôt le bac, souligne l’élu. J’espère que l’Etat évitera de réquisitionner ceux qui les accueillent. » Car pour l’instant, les mairies ne savent pas quelles structures seront choisies, ni quand elles devront être mises à disposition. Mais Frédéric Petitta « ne désespère pas que l’Etat change d’avis ».

Ce que n’envisage absolument pas Josiane Chevalier, la préfète de l’Essonne, pour qui « il ne faut pas que la solidarité repose toujours sur les mêmes ». Pourquoi avoir choisi Sainte-Geneviève-des-Bois  et Morsang-sur-Orge  alors ? « Nous avons regardé où se trouvaient les structures qui accueillent déjà des migrants et avons constaté que certains secteurs ne faisaient pas encore cet effort », explique la représentante de l’Etat dans le département.

« Je suis très surprise de l’accueil réservé à notre demande »

« Je suis très surprise de l’accueil réservé à notre demande, souligne Josiane Chevalier. C’est dommage de ne pas participer à l’effort collectif. Tous les départements d’Ile-de-France sont mis à contribution. » Quant aux activités prévues dans ces structures par les clubs et les établissements scolaires, elle estime que « c’est une question d’organisation ».

Les élus, eux, dénoncent une décision prise « dans la précipitation et l’improvisation la plus totale » alors que leurs villes « ne disposent d’aucune logistique » pour accueillir ces migrants « dans des conditions acceptables ». Et demandent que l’Etat utilise en priorité « l’important patrimoine » dont il dispose dans l’agglomération.

« Nous discutions depuis deux semaines, rétorque Josiane Chevalier. Les structures dont nous disposons seront utilisées plus tard pour utiliser des migrants de façon pérennes. De plus, tout sera financé par l’Etat et un opérateur s’occupera de l’accompagnement de ces personnes qui seront ensuite réparties en province.

Par Nicolas Sivan le 13/05/2018

Le Parisien