Aquarius ONG 1

Le bras de fer se poursuit entre l’île de Malte et le nouveau gouvernement italien autour de l’accueil et le secours des migrants. Selon la presse transalpinele nouveau ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, menace d'interdire aux bateaux portant secours aux naufragés l'accès aux ports en Italie si Malte refuse de prendre en charge les 692 migrants sauvés ce week-end en mer par l’ONG française SOS Méditerranée.

Selon le journal La Repubblica, Matteo Salviniau cap résolument antimigrants, a envoyé dimanche une lettre aux autorités maltaises dans laquelle il écrit qu'il se verrait « contraint de fermer les ports italiens », si Malte refuse d’apporter son secours. D'après le quotidien Corriere Della Sera, la lettre décrit La Valette comme « le port le plus sûr » pour accueillir ce bateau.

En fin de soirée dimanche, SOS Méditerannée a indiqué avoir reçu de la part des Italiens l’ordre de stopper la course de l’

 à 35 miles nautiques de la Sicile et 27 de Malte.

« Malte ne peut pas dire non à toute demande d'assistance », expliquait-il déjà vendredi, alors que le gouvernement maltais était déjà accusé d'avoir refusé de porter assistance au navire de sauvetage Seefuchs. Celui-ci s’était trouvé en difficulté par mauvais temps avec 119 migrants à bord. Le navire avait finalement été autorisé à toucher terre dans le port sicilien de Pozzallo.

Le même jour, un autre équipage, bloqué dans le sud-ouest du pays, a précisé qu'il avait demandé auparavant l'aide des garde-côtes de Malte, mais que ce pays avait refusé.

Malte nie être «l’autorité compétente»

Tout en démentant l’existence d’une lettre de Salvini, le porte-parole maltais a indiqué dimanche que « Malte n'était pas l'autorité coordinatrice ni compétente » concernant ces sauvetages, la zone dépendant du centre de coordination des secours de Rome.

L'Italie a vu débarquer quelque 700 000 migrants sur ses côtes depuis 2013, une situation régulièrement dénoncée par la Ligue de Matteo Salvini, une des deux forces populistes avec le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) qui composent le nouveau gouvernement italien.

Celui qui est aussi vice-Premier ministre multiplie les sorties-choc dans l’espoir d’obliger les autres pays européens à plus de solidarité. Il a averti dimanche que son pays ne pouvait pas être « le camp de réfugiés de l'Europe ». Vendredi, il a demandé à l'Otan de défendre l'Italie, qui, a-t-il dit, est « attaquée depuis le sud ».

De son côté, le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a demandé lundi à l'Italie et à Malte d'autoriser immédiatement le navire à accoster. Le HCR «lance un appel aux gouvernements concernés pour qu'ils autorisent le débarquement immédiat des centaines de personnes bloquées en Méditerranée depuis samedi ».

Enfin, la Commission européenne a appelé lundi à un « règlement rapide » de la situation de l'Aquarius, « afin que les personnes à bord du navire Aquarius puissent être débarquées en toute sécurité dès que possible ».

Le 11/06/2018 avec AFP

 

Le Parisien

Note BYR Derniers rebondissements en date, l'Espagne gouvernée depuis le 2 juin 2018 par une coalition menée par le socialiste Pedro Sanchez a assuré vouloir recevoir le navire de clandestins. Les socialistes sont décidément partout les mêmes...