Ravier Stéphane 1

Communiqué de presse de Stéphane Ravier, Sénateur du 10/09/2018

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux policiers qui n’étaient pas en service se sont fait tirer dessus dans le quartier touristique de la Joliette (2ème arrondissement) à Marseille.

Selon les premiers éléments de l’enquête, ces deux frères, dont un travaille dans notre ville et l’autre à Paris, ont tenté de mettre un terme à une rixe à la sortie d’une boite de nuit. A cette heure, si l’un a été gravement atteint au thorax, ils semblent être tous deux hors de danger. Je tiens évidemment à féliciter les deux policiers pour leur courage et leur dévouement : être policier n’est pas qu’un métier, c’est bien une vocation.

Alors qu’une nouvelle exécution à la Kalachnikov a eu lieu vendredi à l’Estaque (16ème arrondissement), et une autre dimanche avenue Salengro (15ème arrondissement), l’insécurité qui règne à Marseille, conséquence à la fois de l’immigration massive, du laxisme judiciaire et de l’absence d’effectifs de police, est tout autant généralisée que banalisée. Les meurtres sont désormais classés dans la rubrique des faits divers.

La sécurité des Marseillais ne peut être assurée dans ces conditions, et ce problème ne peut être résolu par de simples caméras de vidéo-surveillance, ni par quelques policiers municipaux basés sur le Vieux Port et affectés à la seule protection des touristes. Alors que la sécurité, première des libertés individuelles et condition essentielle du développement économique devrait être la priorité absolue de la municipalité, l’équipe en place depuis 25 ans a démontré qu’elle n’avait toujours pas pris conscience de la gravité de la situation et donc pas pris les mesures qui s’imposaient.

Il est certain qu’elle ne les prendra pas dans les mois à venir, plus préoccupée qu’elle est à se trouver un nouveau leader plutôt que de combattre les dealers. Les Marseillais savent que d’autres sont prêts à reprendre leur ville en mains en se donnant les moyens de combattre efficacement et durablement ce fléau, notamment via le recrutement de policiers supplémentaires.

Agir ou subir, dans les mois à venir, les Marseillais devront choisir.

Rassemblement National