Orban 2017

Bruno Gollnisch évoquait dans son tout récent entretien enregistré le 12 septembre au Parlement européen de Strasbourg  les débats autour du cas du national-conservateur Viktor Orban. En l’espèce la volonté des progressistes européistes de mettre au ban la Hongrie et les Hongrois, jugés coupables de déviances idéologiques car accordant massivement leurs suffrages à M.  Orban et à son parti Fidesz. Les députés étaient amenés à se prononcer sur le rapport de l’écolo-gauchiste néerlandaise Judith Sargentini (groupe GUE/NGL) visant à déclencher l’article 7 du Traité sur l’Union européenne, contre la nation  des Magyars.  Celui-ci prévoit  des sanctions contre un pays en cas de manquements aux valeurs de l’Union européenne, notamment une suspension du droit de vote du pays visé au sein du Conseil européen qui rassemble chefs d’Etat et de gouvernement des Etats-membres de l’UE.

Les eurocrates n’ont pas ménagé leur soutien au rapport Sargentini tout à leur volonté d’écarter , de museler, de sanctionner les résistants à la doxa bruxelloise. En juillet 2017, Mme Sargentini, avait été désignée rapporteur du Parlement européen sur le problème hongrois afin de  proposer les mesures à prendre« L’Union européenne disait-elle, doit faire plus que critiquer les agissements d’Orban. Le gouvernement hongrois semble déterminé à mener une chasse aux sorcières en s’en prenant à tout ce qui permet de faire fonctionner une démocratie saine et respectueuse de l’État de droit (sic). Orban ne cesse d’aller à l’encontre des normes et valeurs de l’UE. Quand un pays n’est plus disposé à assumer nos valeurs communes, l’étape logique est de lui retirer son droit de vote. La Hongrie ne peut être autorisée à bloquer les réponses communes aux problèmes de notre Union.Les agissements d’Orban ont provoqué à maintes reprises de virulents débats en Europe. Mais l’action n’a jamais suivi. Vu que les États membres se refusent de le rappeler à l’ordre, il incombe au Parlement européen de le faire... »

Trois jours avant le vote de ce mercredi,  un article publié sur Boulevard Voltaire évoquait très justement  la rapport Sargentini comme « un gloubi-boulga en forme de réquisitoire » et rappelait que Judith Sargentini  était  «membre, au Parlement européen, de la délégation pour les relations avec l’Afrique du Sud.» « Forte de ses connaissances linguistiques et de son expertise tatillonne en matière de droits de l’homme, on attend donc avec impatience ses condamnations indignées des velléités d’expropriations du gouvernement sud-africain sur des critères d’appartenance ethnique. À quand un rapport Sargentini sur l’Afrique du Sud ?». Mais vous l’aurez compris, apparemment  le sanglant chaos sud-africain   intéresse moins les droits-de-l’hommistes professionnels que la volonté du peuple hongrois de s’affranchir des diktats de la Commission  et des menées du grand européen  Soros.

Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a répété qu’il jugeait que la présence du parti  Fidesz  au sein du groupe de droite pro bruxellois  PPE était «  un problème ». Le premier vice-président de la commissionFrans Timmermans ne s’est pas contenté  de traiter M.  Orban de «lâche. ». Il a lui aussi  menacé la Hongrie de sanctions, précisant que la Commission n’hésiterait pas s’il le fallait à prendre « des mesures (de rétorsion) supplémentaires. »

Déjà,  en février de l’année dernière, M. Timmermans  conspuait  les pays récalcitrants à honorer leurs engagements en matière d’accueil des centaines de milliers d’ immigrés rebaptisés migrants. Pareillement, il y a trois ans, tout à sa volonté de culpabiliser les Européens pour mieux leur faire admettre sans broncher l’immigration massive, il avait organisé le premier colloque de la Commission européenne « pour combattre l’antisémitisme et la haine contre les musulmans. »

Ainsi, mercredi, sur 693 votants (57 députés étaient absents), 448 ont voté pour la rapport Sargentini (69% des voix) , 197 contre, 48 se sont abstenus. Un  recours juridique a été déposé par la Hongrie pour comptabiliser lesdites abstentions dans le vote final, puisque cela ferait chuter les votes en faveur du rapport sous la barre des deux tiers (65%)… Ce rapport a donc été adopté grace au  soutien d’une grosse  partie des députés dits de droite du Parti Populaire Européen (PPE) dont le président, le  conservateur allemand Manfred Weber (membre du CSU)   avait précisé qu’il voterait en faveur du déclenchement de l’article 7 contre la Hongrie. M Weber a expliqué notamment   dans la presse son intention de punir la Hongrie du fait de son inquiétude  devant un   rapprochement sur le plan européen  entre droite et extrême-droite citant le cas du dialogue qui s’est noué récemment sur les questions migratoires entre Viktor Orban et le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini

Bien évidemment  la totalité des 35 députés de huit nationalités différentes  du groupe ENL co-présidé par Nicolas Bay, notamment  nos camarades italiens de la Ligue, Autrichiens du FPÖ, Néerlandais du PVV…,  ont voté comme un seul homme contre ce rapport. Car comme l’a affirmé Nicolas Bay, « à quelques mois des élections européennes, face à Merkel et Macron qui veulent toujours plus d’immigration et toujours plus de fédéralisme,  Viktor Orban et  Matteo Salvini sont les vrais défenseurs des valeurs de l’Europe, incarnent  les fers de lance d’une autre Europe, celle des nations ! »

Cette unanimité ne s’est pas retrouvée au sein groupe antifédéraliste de droite   ECR, dont font partie les  élus  polonais du  PiSparti actuellement  au  pouvoir à Varsovie qui campe une ligne très proche de celle de M. Orban;  ni même au sein du groupe souverainiste  EFDD de Nigel Farage, du fait du vote en faveur dudit rapport des  élus italiens du Mouvement 5 étoiles,  une  formation pourtant  alliée  à la Ligue  dans la coalition gouvernementale  italienne.  De la même façon et contrairement nous l’avons vu  au vote de leurs partenaires  gouvernementaux du FPÖ, les conservateurs de l’ÖVP, parti du chancelier autrichien Sebastian Kurz,  dont  les élus européens siègent  au sein du PPEont apporté leur soutien à cette mise au ban de la Hongrie.  Othmar Karas, le chef de la délégation autrichienne de l’ÖVP,  membre  du bureau du PPEs’est prononcé  pour  l’exclusion du Fidesz du PPE et a déclaré sans ambages : «Notre Europe est celle de Juncker, pas celle d’Orban. » M. Karas devra expliquer cette prise de position  à ses  électeurs, bon courage…

M. Orban était à vrai dire sans illusion: il avait annoncé la veille que la consigne de sanction contre  la Hongrie avait été décidée par Angela Merkel depuis Berlin…une voix qui compte à Vienne. Dans les quelques minutes de temps de parole qui ont été accordées dans l’hémicycle au Premier ministre hongrois, celui-ci  n’a pas mâché des mots. Il a dénoncé les pulsions liberticides des progressistes bruxellois contre une nation qui fut déjà à la pointe de la résistance au communisme soviétique. Il a affirmé que l’éjection des députés du Fidesz du groupe PPE accélérera la submersion migratoire, puisque le PPE accepte de de « se laisser dicter sa conduite par les socialistes et les libéraux . »

Il a noté que le conservatisme chrétien des Hongrois, leur défense des valeurs traditionnelles, de la famille, de leur identité nationale était en effet en porte-à-faux avec l’idéologie hors-sol, sans-frontiériste, portée par d’autres mais que l’UE devait admettre la pluralité de sensibilités. Il s’est dit déterminé   à ne pas plier devant les oukases de la bien-pensance, a rappelé que c’est de bon droit qu’il s’est opposé aux menées de George Soros. Bref, at-il dit, « nous continuerons à défendre nos frontières !  C’est la première fois qu’une communauté (l’UE, NDLR) attaque les gardiens de ses propres frontières. Ce pays (la Hongrie, NDLR) ne deviendra pas un pays de migrants ! » « Je n’accepterai pas que les forces pro-immigration nous menacent, fassent un chantage et calomnient la Hongrie sur la base de fausses accusations »a-t-il assuré.

Peter Szijjarto, ministre hongrois des Affaires étrangères n’a pu hélas que constater à l’issue de ce vote que  « la décision (actée par le vote de la majorité  des députés européens, NDLR)  n’est rien de moins qu’une petite vengeance des politiciens pro-immigration contre la Hongrie»

Notons pour conclure que ce vote a révélé une nouvelle fois les failles qui traversent le parti LR, tiraillé entre des tendances totalement contradictoires. Ainsi, les 16 députés républicains affiliés au PPE n’ont pas brillé par leur cohésionDeux étaient (opportunément?) absents,  5 ont voté pour le rapport Sargentinitrois seulement ont voté contre, dont Nadine Morano et  le chef de la délégation française du PPEFranck Proust. Signe de ce malaise  six LR (Michèle Alliot-Marie, Arnaud Danjean, Rachida Dati, Geoffroy Didier et Brice Hortefeux…),   se sont même  réfugiés dans l’abstention, jugeant urgent de ne surtout pas choisir.

Avec une opposition pareille, M. Macron n’aurait  pas trop de souci à se faire

Le 14/09/2018

Bruno Gollnisch