Aliot Assemblée

Communiqué de Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales du 18/09/2018

Comme si les Français n’étaient déjà pas suffisamment étouffés par les impôts, le gouvernement devrait augmenter très largement les taxes sur les carburants.

Pour vous donner une idée, le coût à la pompe était de à 77 centimes le litre en 1998, de 1,48 euro aujourd’hui, et sera en 2022 d’environ 2 euros. Bref, les 40 millions d’automobilistes français sont les vaches à lait de l’Etat, dépensant en moyenne 1.740 euros par an pour leur essence.

Évidemment, ce sont les foyers les moins aisés qui doivent supporter tout cela, puisqu’ils vivent dans les zones périphériques, périurbaines ou rurales, souvent loin de leur travail et de l’école de leurs enfants. Les Français les moins riches sont donc ceux qui paient le plus de carburants, puisque les plus aisés sont domiciliés à proximité de leurs activités professionnelles.

Ce cercle vicieux, le gouvernement s’en moque. Il lui faut au plus vite de l’argent, car « en même temps », nos dirigeants consacrent des milliards tous les ans pour traiter les demandes d’asile (2 milliards d’euros en 2015 selon la Cour des comptes) et les mineurs isolés gérés par l’aide sociale à l’enfance (1,5 milliard d’euros).

Le « plan pauvreté » est en vérité, un objectif macronien : tous les jours un peu plus d’impôts pour les Français, tous les jours un peu plus d’aides pour les clandestins.

Rassemblement National