Marine 0118

Communiqué de presse de Marine Le Pen, présidente du RN du 06/10/2018

Si les retraités ont toutes les raisons de se plaindre de la politique d’Emmanuel Macron, ce n’est pas le cas des demandeurs d’asile.

Ce que l’exécutif arrache sans vergogne aux Français les plus modestes, il le redonne sans pudeur à tous les migrants qui mettent aujourd’hui un pied en France et entendent y rester coûte que coûte.

L’Etat se fixe ainsi pour objectif d’héberger 86% des demandeurs d’asile à l’horizon 2020, consacrant 1.58 milliard d’euros en 2019 au budget immigration, asile, intégration, soit une hausse de 200 millions d’euros par rapport à 2018.

200 millions supplémentaires alloués à l’immigration imposée quand 1 Français sur 5 se trouve en situation de précarité alimentaire, ne pouvant plus faire 3 repas par jour.

200 millions supplémentaires consacrés à l’hébergement des migrants quand des centaines de milliers de Français attendent toujours de pouvoir se loger dignement et que d’autres ont subi la baisse des APL.

200 millions supplémentaires consacrés à l’intégration des demandeurs d’asile quand la hausse de la CSG et le gel des pensions de retraite, condamnent les personnes âgées à l’insécurité économique.

Cette folle politique migratoire n’a plus de limites, elle est devenue la priorité d’un gouvernement sourd à la détresse sociale des Français, mais pressé de répondre aux injonctions de la Commission européenne d’accueil des migrants quand les pays européens, les uns après les autres, décident de couper les robinets et de mettre fin comme vient de l’annoncer le Danemark à l’accueil des réfugiés.

Enfermé dans sa vision solitaire et brutale du pouvoir et prisonnier de ses dogmes mondialistes, Emmanuel Macron s’engage dans une politique de discrimination sociale et de préférence étrangère dont la conséquence première sera d’intensifier les flux migratoires et de paupériser toujours plus les Français les plus fragiles.

Il est désormais indispensable de mettre un coup d’arrêt à ce processus planifié d’implantation massive de migrants que les Français refusent majoritairement.

Rassemblement National