Nicolas Bay couloir PE

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Co-Président du groupe « Europe des nations et des libertés » du 12/10/2018

La Commission européenne a appelé vendredi à “mettre fin” à la prolongation des prétendus contrôles aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen. Visant particulièrement les six pays qui ont réintroduit à titre temporaire depuis 2015 des contrôles dans l’espace Schengen (la France, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Suède, la Norvège), la Commission européenne préfère sacrifier la sécurité des peuples sur l’autel de la liberté de circulation.

Alors que la sécurité de nos nations est toujours menacée par le risque d’attentats djihadistes et que la criminalité prospère sur le laxisme frontalier, rappelons par ailleurs que les contrôles qui font l’objet de la condamnation de Bruxelles étaient jusqu’alors sporadiques et donc sans effectivité majeure.

Refusant d’assurer le moindre renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’Europe, l’Union européenne – par la voix de la Commission – souhaiterait donc aussi voir disparaître à nouveau tout contrôle des frontières intérieures, aussi minime soit-il. Il faut refuser le délire de l’ouverture totale des frontières, et tout au contraire maîtriser nos frontières – nationales et européennes – pour protéger nos peuples.

Rassemblement National