Bay octobre 2018

Editorial de  Nicolas Bay, co-président du groupe ENL, paru dans « La lettre du Groupe Europe des Nations et des Libertés » du 16 octobre 2018.

Dans les Flandres belges, où se tenaient dimanche des élections communales et provinciales, nos alliés du Vlaams Belang ont fait un retour spectaculaire. Partout ils progressent, marquant un coup d’arrêt aux difficultés électorales qu’ils avaient rencontrées ces dernières années. Ainsi, dans les provinces flamandes, nos alliés obtiennent 13% des voix, soit 7% de plus qu’en 2014.

Le Vlaams Belang franchit la barre des 20% dans plusieurs villes, comme à Schoten où son président, le jeune et dynamique Tom Van Grieken, était candidat. À Ninove, ville de près de 40 000 habitants, la liste du Vlaams Belang est arrivée en tête avec 40% des suffrages et pourrait constituer une majorité municipale avec les conservateurs de la N-VA.

Défendant avant tout l’intérêt général, les dirigeants du Vlaams Belang ont en effet tendu la main à la N-VA afin d’éviter que de nombreuses communes tombent ou se maintiennent dans l’escarcelle de la gauche. Des convergences qui peuvent être facilitées par les propos du Secrétaire d’État belge à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, membre de la N-VA, qui soutient officiellement les positions de Matteo Salvini sur les questions migratoires.

Dimanche aussi, en Allemagne, l’AfD a effectué une véritable percée en Bavière avec 10,2% des suffrages, lui permettant d’entrer au parlement régional. Dans ce qui était son bastion depuis 1945, la CSU, alliée à la CDU d’Angela Merkel, subit un revers historique.

Le président de la CSU et Ministre de l’Intérieur fédéral Horst Seehofer joue le rôle de caution conservatrice pour le gouvernement de Madame Merkel : ses rodomontades médiatiques n’auront cependant pas suffi à convaincre les électeurs qui veulent désormais une vraie alternative. Les socialistes du SPD, prenant le chemin de leurs homologues français, s’effondrent et perdent plus de la moitié de leurs sièges.

ENL France