dimanche 6 mai 2018

Une pétition réclame l’interdiction du drapeau corse jugé raciste

Le drapeau corse est-il raciste ? Une pétition a été lancée sur Internet pour réclamer la suppression du fameux drapeau à tête de Maure de l’espace public. Celui-ci serait jugé raciste car il représenterait une tête « d’un maghrébin décapité » comme l’explique la pétition. Samira ne veut plus voir de drapeau corse flotter Depuis plusieurs jours, le compte Twitter d’une certaine Samira attire l’attention. Sur celui-ci, elle explique être choquée par le drapeau corse : « Je viens d’apprendre avec horreur... [Lire la suite]
jeudi 5 avril 2018

"Donner leurs du pain et des jeux !"

Lors des jours qui suivirent son élection à la présidence de la République, tout à son euphorie, soutenu, comme aujourd'hui, par une presse aux ordres tellement elle est sujette aux décisions budgétaires des autorités et autres publicitaires, Emmanuel Macron annonçait la mise en chantier d'une réforme constitutionnelle qui allait littéralement bouleverser le cadre de notre vie publique.  Au final, le Premier ministre Edouard Philippe nous annonce en premier lieu "qu'il ne s'agit pas de revenir à la IVe République, ni de passer... [Lire la suite]
mardi 13 mars 2018

Corse : une partie de billard à trois bandes

Quand le président Macron s’était rendu en Corse, le 7 février dernier, il avait fortement déçu les nationalistes. Peu sensible aux résultats des élections corses, deux mois auparavant, qui avaient vu la victoire du camp nationaliste, Macron avait refusé à peu près toutes les revendications portées par Simeoni et Talamoni, les patrons politiques de l’île. Sa seule ouverture avait concerné l’introduction, dans la Constitution, d’une mention spécifique concernant la Corse. Lundi soir, les deux dirigeants corses étaient reçus par... [Lire la suite]
vendredi 9 février 2018

Après la Corse, la Bretagne veut aussi son «droit à la différenciation»

LaBretagne ne réclame pas encore son indépendance mais souhaite tout de même faire valoir son « droit à la différenciation » au sein de laRépublique. Après le discours d’Emmanuel Macron mercredi en Corse, le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard a réagi dans un communiqué, estimant que l’allocution du président de la République était « une opportunité pour faire valoir nos convictions et nos propositions ». Devant plusieurs centaines de personnes rassemblées dans un centre culturel de Bastia... [Lire la suite]
mercredi 7 février 2018

Corse : les dirigeants nationalistes sont amers après le discours de Macron

Pour eux, le compte n'y est pas. Les élus nationalistes corses font un bilan négatif de la visite de deux jours d'Emmanuel Macron sur l'île. "C'est un soir triste pour la Corse", a lancé à la presse Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. Qui s'est même dit "consterné par le niveau des réponses qui sont données" par le chef de l'Etat. Son allié Gilles Simeoni, le président de l'exécutif de la collectivité territoriale, a qualifié ce déplacement "d'occasion manquée". "Le président... [Lire la suite]
mercredi 24 janvier 2018

Corse: "il faut saisir la main tendue par le président Siméoni",selon Ferrand

Le chef de file des députés LREM  Richard Ferrand a appelé mercredi à "saisir la main tendue" par le président nationaliste du conseil exécutif corse, Gilles Simeoni. "Il faut saisir la main tendue par le président Siméoni", a déclaré M. Ferrand sur CNews, alors que M. Simeoni a fait état mardi soir de sa déception face à l'attitude de l'Etat, appelant à la tenue "dans les prochains jours d'une grande manifestation populaire", sur son compte Twitter. "Il faut prendre conscience que la Corse a retrouvé la paix, qu'il y a une... [Lire la suite]
mardi 23 janvier 2018

Déçu par l'attitude de l'Etat, le nationaliste corse Gilles Simeoni appelle à une manifestation

Le président nationaliste du conseil exécutif corse, Gilles Simeoni, a fait état de sa déception face à l'attitude de l'Etat, appelant à la tenue «dans les prochains jours d'une grande manifestation populaire», sur son compte Twitter. «Après nos entretiens d’hier et d’aujourd’hui, notre conviction est faite : l’Etat refuse de reconnaître et de prendre en compte la dimension politique de la question corse. Dans ces conditions, nous appelons dans les prochains jours à la tenue d’une grande manifestation populaire», a tweeté le leader... [Lire la suite]
dimanche 21 janvier 2018

L'exécutif face aux exigences des nationalistes corses

Larges vainqueurs des élections locales en décembre, ils seront reçus ce lundi à Matignon avant de rencontrer les présidents du Sénat et de l'Assemblée. C'est le dossier périlleux par excellence. Chaque gouvernement, en arrivant, a l'espoir de le régler. La plupart s'y enlisent. Le nouvel exécutif est bien décidé à expérimenter sa propre méthode, entre «dialogue» et «franchise». Avant un déplacement à haute valeur symbolique d'Emmanuel Macron en Corse, le 6 février, pour les 20 ans de l'assassinat du préfet... [Lire la suite]
vendredi 19 janvier 2018

Corse : trois détenus blessent deux gardiens de prison à l'arme blanche, dont un gravement

Deux gardiens de prison ont été blessés, dont un gravement, touché à la gorge d'un coup de couteau, par trois détenus de la maison d'arrêt de Borgo, en Haute-Corse. L'un d'eux aurait crié «Allah Akbar», selon un délégué syndical. Trois détenus ont attaqué deux gardiens de prison à la maison d'arrêt de Borgo, en Haute-Corse le 19 janvier, selon la direction de l'administration pénitentiaire. Agressés à l'arme blanche, les deux agents ont été transféré vers l'hôpital de Bastia : l'un d'entre eux se trouve dans un état grave après... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

Catalogne : « camouflet » pour Rajoy et « demi-victoire des indépendantistes »

Mariano Rajoy va devoir revoir sa feuille de route. Après des semaines de crise et d'exil, les indépendantistes catalans devraient faire prochainement leur retour au pouvoir au grand désarroi du Premier ministre espagnol. Le résultat des élections régionales de jeudi a joué en faveur des séparatistes. Le chef du gouvernement espagnol avait décidé de la mise sous tutelle de la région autonome de Catalogne le 27 octobre dernier, après la proclamation de la république catalane par Carles Puigdemont,... [Lire la suite]