Contre la mise à mort du RN

sdm6F

 

Encore une fois on est en droit de se poser la question de savoir si l'on vit en France toujours dans une démocratie.

Car un pays où le pouvoir en place, par l'intermédiaire d'une justice politisée qui décide de couler financièrement son premier parti politique d'opposition, ne se nomme pas "pays démocratique", sauf, bien sur, s'il est géré par les partis dits communistes et ses substrats coréens ou cubains.

Ce sont donc deux juges politiquement très marqués à gauche, l'un est membre du Syndicat de la Magistrature (vous vous souvenez du "Mur des Cons") l'autre en est l'un des compagnons de route, qui, de leurs bureaux, viennent de statuer que les électrices et électeurs qui auront portés leurs voix pour les candidates et candidats du mouvement national en l'occurence au nombre de 1 590 869 aux élections législatives de 2017, n'auront finalement aucun gain de cause puisque non seulement du fait du mode de scrutin en vigueur le PCF qui obtient 1 373 036 suffrages de moins que notre mouvement a obtenu deux élus de plus , mais, beaucoup plus sournois et dangereux pour la démocratiecette décision inique risque d'impliquer ni plus ni moins la cessation de paiement du mouvement auquel ils ont apporter leur soutien à la fin du mois d’août prochain. 

Autrement dit, les juges viennent tranquillement de décider de la mise à mort du premier parti politique d'opposition au pouvoir d'Emmanuel Macron.

Mais au delà du seul RN, cette décision judiciaire est un signal lancé en direction de l'ensemble des forces politiques françaises, car n'en doutons pas, aujourd'hui ce sont les militants patriotes et nationaux qui sont dans le viseur des juges du SM et leurs amis, mais demain ?

GS

Le Rassemblement National à mis en ligne un site avec lequel il est possible d'apporter un soutien financier

 ➡️ www.alertedemocratie.fr

jeudi 16 août 2018

ONG et passeurs de migrants : “Ce n’est plus une simple vague, c’est un véritable tsunami”

Tribune de Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône du 16/08/2018  Un million de « demandeurs d’asile » en 2015. C’est comme si une deuxième métropole marseillaise entièrement peuplée de clandestins s’était installée en Europe. En France, 200 000 immigrés pénètrent annuellement sur notre territoire. Une ville de la taille de Nantes. Si certains évoquent une vague migratoire, ils se trompent. Ce n’est plus une simple vague, c’est un véritable tsunami qu’aucun dirigeant français ne veut arrêter. Ces immigrés... [Lire la suite]
mardi 14 août 2018

Accueil de l’Aquarius à Sète: une proposition démagogique et dangereuse

Communiqué de Myriam Roques et François Gaubert, Conseillers régionaux du groupe Rassemblement National d’Occitanie du 14/08/2018 M. Gayssot,Président de Port sud de France, a indiqué lundi 13 août qu’il souhaitait accueillir l’Aquarius « si les autorités françaises se chargent des migrants « . Cette déclaration est une nouvelle  preuve d’irresponsabilité . Face à ces assauts de démagogie sous couvert d’humanitaire, le Rassemblement National rappelle  que seule la fermeté permettra d’arrêter l’interminable... [Lire la suite]
lundi 13 août 2018

Jean-Claude Gaudin doit demander à l’État de fermer le Port de Marseille à l’Aquarius et ses clandestins !

Communiqué de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône du 13/08/2018 Depuis hier, le navire l’Aquarius, affrété par l’ONG SOS-Méditerranée, recommence son opération de communication en demandant aux ports européens de l’accueillir, après avoir récupéré quelques centaines de migrants clandestins au large des côtes libyennes. En juillet déjà, après que Matteo Salvini, Ministre de l’Intérieur italien, a décidé de fermer ses ports à tous les bateaux qui ramènent volontairement ces clandestins en Europe, l’Aquarius faisait escale... [Lire la suite]
lundi 13 août 2018

L’Aquarius à Sète ? Marine Le Pen monte au créneau

Ce lundi 13 août, le président du port de Sud France proposait à l’Aquarius, navire humanitaire qui transporte 141 migrants, d’accoster à Sète, si l’Etat français prenait ensuite soin de se charger des individus à son bord.  « Ce n'est pas au communiste Gayssot de décider de notre politique migratoire » Cette main tendue n’a pas tardé à faire réagir Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National, qui est fermement opposée à cette idée. C’est sur Twitter que l’élue a dégainé, dans le style direct qu’on lui connaît : « Ce... [Lire la suite]
lundi 13 août 2018

Après la réunion à l’Élysée, défendre les communes face à l’Estropole

Communiqué de presse de Philippe Vardon, membre du Bureau national du Rassemblement National, Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, responsable du Bassin niçois du 13/08/2018 Le Canard enchaîné révélait jeudi dernier que Christian Estrosi avait participé, aux côtés d’autres maires de grandes villes et présidents de métropoles, à une réunion sur l’avenir des métropoles à l’Elysée. Eric Ciotti s’est offusqué de cette participation, mais au fond est-ce pour défendre l’institution départementale... [Lire la suite]
lundi 13 août 2018

Nicolas Bay sur France Info le 13/08/2018

Nicolas Bay sur France Info le 13/08/2018
samedi 11 août 2018

Nicolas Bay, Co-président du groupe ENL au Parlement européen le 11/08/2018

Nicolas Bay, Co-président du groupe ENL au Parlement européen le 11/08/2018
jeudi 9 août 2018

Migration : « si j’avais su ce qui m’attendait, je ne serais jamais parti. »

Tribune libre de Dominique Bilde, Député français au Parlement européen, Conseillère régionale Grand Est du 09/08/2018 Ce lundi 6 août, le site internet InfoMigrants publiait un article sur la loi Asile et Immigration. L’article français se veut technique, informant du contenu de la loi. Il est intéressant de noter que des articles ont aussi été publiés en anglais, en perse et en pachtoune. Les Afghans et les Iraniens seraient-ils amateurs du droit français ? Visiblement, InfoMigrants ne se contente pas de relayer l’information... [Lire la suite]
jeudi 9 août 2018

Démissions massives de Maires : l’Etat macronien doit cesser de nous mépriser !

Communiqué de Steeve Briois, Maire d’Hénin-Beaumont, Député français au Parlement européen et Vice-président du Rassemblement National, et de David Rachline, Maire de Fréjus du 09/08/2018 Selon l’Association des Maires de France (AMF), le nombre de Maires démissionnaires a augmenté de 55% depuis les dernières élections municipales par rapport à la mandature précédente, avec près de 500 démissions. Depuis des années, avec une accélération depuis l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron, les Maires de petites et moyennes communes se... [Lire la suite]