lundi 5 février 2018

La Turquie réclame une adhésion pleine à l'Union européenne : finissons-en avec l’ambigüité et l'angélisme !

Communiqué de Nicolas Bay, député européen FN et Co-président du groupe ENL au Parlement européen du 05/02/2018 Le président turc Recep Tayyip Erdogan ne s’en cache même plus : dans une interview donnée au journal italien La Stampa à la veille d’un déplacement à Rome, il assume le chantage turc exercé à l’égard des nations européennes en échange de la fausse promesse de freiner les flux migratoires. Le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) révèle qu’entre 2011 et 2017, plus de 5 millions de migrants sont entrés en... [Lire la suite]
mercredi 31 janvier 2018

Macron qualifie de "potentiels terroristes" les Kurdes visés par la Turquie en Syrie

Les Kurdes lâchés par leurs alliés ? En Syrie, les YPG, branche syrienne du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan), sont attaqués par l'armée turque depuis le 20 janvier dernier. Les bombardements se font de plus en plus intenses dans l'enclave kurde d'Afrine dans le nord de la Syrie.Après avoir été soutenus par la coalition internationale, dont la France, cette milice qui a lutté contre Daesh est aujourd'hui traitée de "potentiels terroristes" par Emmanuel Macron dans une interview accordée au Figaro,... [Lire la suite]
dimanche 21 janvier 2018

Syrie : la Turquie d'Erdogan frappe les Kurdes, alliés de Washington

L'offensive était attendue ­depuis des semaines. Ces derniers jours, les forces turques avaient "préparé" le terrain en faisant donner l'artillerie. Des dizaines de blindés s'étaient massés le long de la frontière avec la Syrie tandis que, vendredi, des centaines de rebelles syriens fidèles à Ankara l'avaient traversée en autocar pour se positionner à Azaz, une ville au nord d'Alep. Samedi, ces troupes ont finalement lancé l'assaut sur la province d'Afrine, une enclave du Nord-Ouest syrien tenue par les Kurdes des YPG (Unités de... [Lire la suite]
Posté par Redekker à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
samedi 6 janvier 2018

Turquie : un glaçant autodafé d’État

Tribune libre de Jeannette Bougrab *du 06/01/2018 La seule chose que vous ayez absolument besoin de savoir est l’emplacement d’une bibliothèque, disait Albert Einstein. Plus peut-être que n’importe qui d’autre, lui, dont les livres ont été brûlés par les nazis dans des autodafés, savait l’importance du savoir et de la connaissance. Mais au regard de ce à quoi l’on assiste en Turquie, on peut se poser la question : à quoi bon connaître l’emplacement des bibliothèques, si leurs rayons se vident ? Comme l’a rapporté le... [Lire la suite]
samedi 6 janvier 2018

Communiqué de presse du Front National du 05/01/2018

Communiqué de presse duFront National du 05/01/2018 Officiellement en déplacement en France pour évoquer les conséquences de la guerre en  Syrie, le président Recep Tayyip Erdogan est officieusement venu chercher un soutien de la part d’Emmanuel Macron pour relancer le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Persona non grata dans plusieurs capitales européennes, l’autocrate islamiste turc sait pouvoir compter sur ce dossier sur l’écoute du président de la République. Cette manœuvre dangereuse doit être... [Lire la suite]
vendredi 5 janvier 2018

Mme Le Pen veut l’arrêt définitif du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE

“Dérive liberticide du régime d’Erdogan, occupation de Chypre, position géographique de la Turquie : pour toutes ces raisons, la France doit demander l’arrêt définitif du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE!”, a tweeté la dirigeante du parti d’extrême droite, qui a elle-même écrit ce tweet signé “MLP”. Le référent des Patriotes –parti de l’ex-numéro deux du FN Florian Philippot– pour les Affaires étrangères, Bertrand Dutheil de La Rochère, a estimé dans un communiqué que le président Macron devait “rappeler au... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

Donald Trump reconnaît officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël

Un électron libre incontrôlable ? Donald Trump semble une nouvelle fois foncer sans écouter les conseils venus de l'extérieur. Le 45e chef d'État américain a reconnuJérusalem comme capitale de l'État d'Israël. Une décision accompagnée dans les faits du déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, dont il a ordonné les préparatifs. Ce, malgré les nombreuses contradictions et mises en garde des dirigeants du monde entier. À commencer par les gouvernants du monde arabo-musulman. À commencer par... [Lire la suite]
samedi 19 août 2017

"Qui es-tu pour parler au président de la Turquie ?" : Erdogan s'en prend au chef de la diplomatie allemande

C'est une réplique d'une rare violence. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est en pris, samedi 19 août, au ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel après que ce dernier a dénoncé son "ingérence" dans les élections allemandes. "Il ne connaît aucune limite ! Qui es-tu pour parler au président de la Turquie ?... Connais tes limites ! Il tente de nous faire la leçon... Depuis combien de temps fais-tu de la politique ? Quel âge as-tu ?", a déclaré Erdogan lors d'un discours télévisé. Cette attaque personnelle... [Lire la suite]
jeudi 8 juin 2017

Législatives : la Turquie d'Erdogan s'invite-t-elle dans les urnes ?

Le Parti Égalité Justice, qui présente 52 candidats aux législatives, serait une «officine officieuse de l'AKP», selon le Parti communiste. Ses dirigeants, qui défendent des positions proches du parti du président turc, se disent victimes de «diabolisation». «Parti défendant les plus démunis face à l'échec des politiques actuelles». La description du Parti Égalité Justice (PEJ), qui présente 52 candidats aux élections législatives des 11 juin et 18 juin, n'a pas de quoi attirer l'attention. Début mai, le Parti communiste français... [Lire la suite]
lundi 17 avril 2017

Erdoğan a-t-il gagné ?

Boulevard Voltaire Par Gabriel Robin, SG du CLIC du 17/04/2017 Une partie de l’avenir de la Turquie se jouait dimanche 16 avril 2017. Les urnes ont parlé : Recep Tayyip Erdoğan a gagné son pari. Le « oui » à la réforme constitutionnelle l’a emporté d’une courte tête (51,3 % après le dépouillement de 99 % des bulletins), transformant le pays en une République présidentielle à la gloire du néo-sultan ottoman. Près de 86 % des électeurs turcs ont voté pour répondre à la question posée par leur... [Lire la suite]