jeudi 28 juin 2018

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National du 28/08/2018

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National du 28/08/2018 Le  gouvernement français a décidé de maintenir la vente des chantiers navals de Saint-Nazaire (STX) à l’italien Fincantieri. Le Rassemblement National exprime sa plus vive opposition à cette vente, pour des raisons d’ordre stratégique et économique. Les précédentes ventes d’entreprises nationales françaises n’augurent rien de bon pour l’avenir de STX. Après les scandales des ventes d’Alstom par appartement (GE, Siemens), la prise de contrôle de... [Lire la suite]
lundi 4 juin 2018

Visé par une plainte d’Anticor, Alexis Kohler passe malgré lui de l’ombre à la lumière

Alexis Kohler a « pris note » de la plainte déposée contre lui par Anticor, a indiqué l’Elysée ce lundi. Soupçonné par l’association d’avoir confondu intérêts familiaux et intérêt public dans le dossier STX France – suite à plusieurs articles de Mediapart - le secrétaire général de l’Elysée se retrouve en pleine lumière. Alors que son rôle médiatique se limitait à la lecture des noms des ministres au moment de la formation du gouvernement d’Edouard Philippe, c’est désormais sur lui que se... [Lire la suite]
mercredi 18 octobre 2017

STX : une décision qui soulève le problème du devenir de l’industrie en France

Tribune de Jean Goychman, président du groupe FN au conseil régional des Pays de la Loire du 04/10/2017 Le 27 septembre, le couperet est tombé, faisant de Fincantieri l’actionnaire majoritaire de STX France. Ainsi, après dix-huit mois d’incertitude entretenue, après une annonce plus médiatique qu’autre chose par laquelle le Gouvernement, usant d’un droit qui était le sien, avait décidé d’acquérir la totalité du capital de l’entreprise, en définitive, rien ne sera fait. Pourtant, on percevait une certaine réticence de la part du... [Lire la suite]
vendredi 29 septembre 2017

STX : match perdant pour l’industrie française

Communiqué de presse du Front national (FN) de la Loire-Atlantique du 28/09/2017 Après une nationalisation de deux mois, le Gouvernement lâche finalement STX, tout en se réjouissant d’un « accord équilibré » selon l’expression de Bruno Le Maire. À quoi a servi cette nationalisation, si ce n’est à enfumer les esprits ? Pourquoi ce retour en arrière ? La nationalisation temporaire avait pour objectif de permettre à des investisseurs français de rentrer au capital, car il existe un véritable danger pour nos emplois, il y aura... [Lire la suite]
jeudi 28 septembre 2017

Soumission inclusive

Au nom du principe de solidarité ( !) le tandem Macron-Philippe a décidé une  hausse de la CSG qui frappera durement  les retraités jugés « privilégiés », en l’espèce ceux qui perçoivent  plus de 1 200 euros net par mois… Au nom du principe de  souveraineté européenne,  le gouvernement vient d’annoncer coup sur coup le passage sous contrôle italien du chantier naval STX après sa nationalisation provisoire et surtout la fusion qualifiée de  nécessaire  entre Alstom et Siemens.... [Lire la suite]
vendredi 28 juillet 2017

STX : "Il y a des pudeurs autour de la nationalisation", lance Florian Philippot sur RTL

Cela n'était pas arrivé depuis 1981. L'État français a annoncé, jeudi 27 juillet, la nationalisation provisoire des chantiers navals de STX, fleuron de l'industrie française. "C'est la solution que nous préconisons depuis des années", a martelé Florian Philippot au micro de RTL, vendredi 28 juillet, soulignant la "fierté française" et le "très bel actif" que représentent ces chantiers navals. Si le vice-président du Front national ne s'opposerait "pas forcément" à une nationalisation définitive, il insiste sur le besoin de... [Lire la suite]
jeudi 27 juillet 2017

Nationalisation de STX France : une décision bienvenue mais restons vigilants

Communiqué de presse du Front National du 27/07/2017 Le Front National salue la décision du gouvernement de nationaliser les chantiers de Saint-Nazaire, conformément à ce que nous réclamions depuis des années, au nom de la préservation des intérêts stratégiques et industriels de la France. Depuis 2006, les chantiers de Saint-Nazaire ont en effet été victimes du manque de vision stratégique de l’Etat, passant entre les mains d’actionnaires étrangers (norvégiens puis coréens), manifestement instables et peu fiables. Aujourd’hui,... [Lire la suite]
mardi 24 janvier 2017

Question écrite au Gouvernement de Marion Maréchal-Le Pen, Député de Vaucluse, le 24/01/2017

Marion Maréchal-Le Pen attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé de l’industrie sur la vente du chantier naval STX France. Selon plusieurs articles, derrière la question majeure de la reprise de STX par le chantier italien Fincantieri, se profile en réalité un projet d’une ampleur plus vaste : le projet dit « Magellan ++ » de fusion des chantiers DCNS et Fincantieri. Projet sur lequel aucune information ne filtre mais qui semble se négocier dans la... [Lire la suite]
lundi 3 octobre 2016

L'inquiétude grandit pour les chantiers navals de Saint-Nazaire

Communiqué de presse du Front National du 03/10/2016 Les informations relatives au sort des chantiers navals de Saint-Nazaire sont de plus en plus inquiétantes. Compte tenu de la faillite de STX, une vente pure et simple des chantiers se profile désormais, avec des risques importants pour le maintien de l’emploi industriel dans toute la région nazairienne. La situation est très périlleuse car les Chantiers, exposés à tous les vents mauvais de la mondialisation, demeurent la propriété d’un actionnaire étranger en grande... [Lire la suite]
vendredi 10 juin 2016

STX en redressement judiciaire : le mensonge du « ça va mieux » socialiste

  Communiqué de presse du Front national  de Saint-Nazaire du 09/06/2016 Nous apprenions ce mercredi soir la mise en redressement judiciaire du constructeur naval sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, endetté à milliards, et propriétaire des chantiers navals de Saint-Nazaire. Un plan de sauvetage doit désormais être soumis avant le 9 septembre prochain, pour éviter la liquidation judiciaire. Les différentes commandes en cours — quelque quatorze nouveaux paquebots d’ici 2026 — ne seraient pas en danger, mais la... [Lire la suite]