Contre la mise à mort du RN

sdm6F

 

Encore une fois on est en droit de se poser la question de savoir si l'on vit en France toujours dans une démocratie.

Car un pays où le pouvoir en place, par l'intermédiaire d'une justice politisée qui décide de couler financièrement son premier parti politique d'opposition, ne se nomme pas "pays démocratique", sauf, bien sur, s'il est géré par les partis dits communistes et ses substrats coréens ou cubains.

Ce sont donc deux juges politiquement très marqués à gauche, l'un est membre du Syndicat de la Magistrature (vous vous souvenez du "Mur des Cons") l'autre en est l'un des compagnons de route, qui, de leurs bureaux, viennent de statuer que les électrices et électeurs qui auront portés leurs voix pour les candidates et candidats du mouvement national en l'occurence au nombre de 1 590 869 aux élections législatives de 2017, n'auront finalement aucun gain de cause puisque non seulement du fait du mode de scrutin en vigueur le PCF qui obtient 1 373 036 suffrages de moins que notre mouvement a obtenu deux élus de plus , mais, beaucoup plus sournois et dangereux pour la démocratiecette décision inique risque d'impliquer ni plus ni moins la cessation de paiement du mouvement auquel ils ont apporter leur soutien à la fin du mois d’août prochain. 

Autrement dit, les juges viennent tranquillement de décider de la mise à mort du premier parti politique d'opposition au pouvoir d'Emmanuel Macron.

Mais au delà du seul RN, cette décision judiciaire est un signal lancé en direction de l'ensemble des forces politiques françaises, car n'en doutons pas, aujourd'hui ce sont les militants patriotes et nationaux qui sont dans le viseur des juges du SM et leurs amis, mais demain ?

GS

Le Rassemblement National à mis en ligne un site avec lequel il est possible d'apporter un soutien financier

 ➡️ www.alertedemocratie.fr

dimanche 8 juillet 2018

Le pouvoir prive le Rassemblement National de sa subvention...

Lettre ouverte de Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement National du 08/07/2018 Madame, Monsieur, chers compatriotes, Dans le cadre des sommes attribuées par ses électeurs au vu de leurs votes aux législatives, le Rassemblement National est en droit de toucher de l’Etat  4,5 millions d’euros par an durant la mandature. Cette dotation attribuée annuellement à tous les partis est indispensable à leur fonctionnement. Avec déjà un retard de six mois, le RN devait percevoir ces jours-ci une avance de 2 millions sur sa... [Lire la suite]
mercredi 7 février 2018

Le scandaleux rapport de la Contrôleure des prisons

Communiqué de presse du Front National du 07/02/2018 Au moment où les surveillants pénitentiaires manifestent leur détresse face à l’ultra-violence dont ils sont les cibles dans les prisons, la socialiste Adeline Hazan, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, avance dans un rapport sur la surpopulation carcérale, des propositions aussi scandaleuses qu’irresponsables. Dans la droite ligne de la philosophie ultra-laxiste et anti-sécuritaire du Syndicat d’extrême-gauche de la magistrature dont elle fut par le passé... [Lire la suite]
mardi 12 décembre 2017

"Avant sa mise en examen le Front National a demandé la récusation du juge Thepaut"

Communiqué du Front National du 12/12/2017 Un viol supplémentaire du secret de l’instruction permet à la presse de publier que le FN a été mis en examen le 30 novembre par Mme Claire Thepaut, juge d’instruction à Paris, dans l’affaire des assistants parlementaires reprochée à certains députés. Cette mise examen est dans la logique de l’accusation. Elle permettra au Front National de démontrer que pas un centime n’a été détourné. Mais cette mise en examen n’aurait pas dû être prononcée par le juge Thepaut qui aurait dû se récuser... [Lire la suite]
samedi 18 février 2017

Le soutien du Syndicat de la magistrature aux manifestations anti-police est un danger pour la République !

Par Marine Le Pen le 18/02/2017 En plein état d’urgence, il est à mon sens tout à fait irresponsable de laisser s’organiser une manifestation contre la police et de prétendues violences policières. Que le gouvernement ne prenne aucune disposition pourrait à la limite ne pas surprendre. Ce gouvernement est en effet resté sans réaction pendant des années devant des racailles qui font leur loi dans certains quartiers et n’hésitent pas à déchaîner leur violence dès qu’une manifestation leur en donne l’occasion, ce gouvernement a... [Lire la suite]
vendredi 20 mars 2015

« Salope », plus une injure ?

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma    connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici. Boulevard Voltaire Par François Teutsch le 20/03/2015 Le Syndicat de la magistrature a encore frappé ! Avec le bon sens qu’on lui connaît, il rappelle urbi et orbi que le juge judiciaire est le gardien des libertés individuelles. Pour... [Lire la suite]
jeudi 22 janvier 2015

"Mur des cons" : non-lieu requis pour la présidente du Syndicat de la magistrature

Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour la présidente du Syndicat de la magistrature, Françoise Martres, dans l'affaire du "Mur des cons", en estimant les faits prescrits. Françoise Martres, la présidente du Syndicat de la Magistrature, pourrait finalement ne pas être poursuivie.  Les faits sont prescrits, estime le parquet de Paris, qui a requis un non-lieu pour la présidente du Syndicat de la magistrature, Françoise Martres, dans l'affaire du "Mur des cons". Mise en examen pour injures publiques En avril 2013, la... [Lire la suite]
jeudi 10 juillet 2014

Politisation de la justice : qui sont les « collabos » ?

Hier, suite à la plainte déposée par le mouvement guyanais Walwari fondé en 1993 par la militante indépendantiste Christiane Taubira, le procureur du  tribunal correctionnel de Cayenne , « à l’issue de l’audition de trois témoins et des six avocats de Walwari, a requis la condamnation de Anne-Sophie Leclere à quatre mois de prison ferme. Une peine assortie d’une inéligibilité de cinq ans et d’une amende de 5 000 euros » (France-Guyane).  Rappelons-le, Mme Leclere, résidant dans le département... [Lire la suite]
jeudi 3 juillet 2014

Moselle: les syndicats s'unissent...contre le FN

Les syndicalistes du département de la Moselle font "pacte commun" non pas pour tenter de défendre les salariés, ouvriers, retraités et demandeurs d'emploi comme cela devrait être le cas, mais pour lutter contre le Front National. La CGT, la CFDT, l'UNSA, Solidaires, la FSU, l'UNEF et l'UNL ont signé un appel dans lequel ils jugent le FN "incompatible avec le syndicalisme. Il s’agit d’une imposture sociale préjudiciable aux salariés, chômeurs, étudiants, lycéens et retraités"... Moi je trouve que ce sont ces syndicats,... [Lire la suite]
vendredi 14 mars 2014

«Mur des cons» : l'étonnant rebondissement de l'affaire

  Le syndicat de la magistrature s'insurge contre la mise en examen de sa présidente. Un an après, l'affaire rebondit. La doyenne des juges d'instruction, Sylvia Zimmermann, a décidé le 17 février dernier la mise en examen de Françoise Martres, la présidente du syndicat de la magistrature dans l'affaire du «mur des cons». Lors de l'interrogatoire de première comparution, la responsable a peu apprécié de se retrouver devant ses pairs. Après avoir estimé «ne pas comprendre» pourquoi, elle se retrouvait là, dans la mesure... [Lire la suite]