mercredi 15 novembre 2017

Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes

Dans les années 1980, Marcel Yalala a fait ses classes dans l’armée de terre de la République démocratique du Congo. « Autant dire que je sais résister à la pression… », sourit-il. Mardi, c’est donc « sereinement » qu’il a distribué, avec ses camarades, des tracts devant le siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer l’attitude de ce syndicat qui l’emploie depuis 2007. Responsable sécurité et incendie du siège de la CGT, cet homme de 54 ans a saisi le conseil des prud’hommes de Bobigny le... [Lire la suite]
mardi 14 novembre 2017

Des centaines de postes menacés chez Castorama et Brico Dépôt

Selon FO et la CGT, la directrice générale du groupe Kingfisher, la Française Véronique Laury, a annoncé mercredi dernier, dans une vidéo diffusée dans l'ensemble des sociétés, un regroupement des activités de comptabilité et de contrôle de gestion des filiales du groupe, dont Castorama et Brico Dépôt font partie, dans un centre de services partagés à Cracovie. Environ 500 personnes concernées chez Castorama et une cinquantaine pour Brico Dépôt Chez Castorama, FO évalue à «environ 500» le nombre de postes menacés au total, dont... [Lire la suite]
mercredi 1 novembre 2017

Le pays saturé d’illégaux : les policiers dénoncent un système ubuesque

Depuis l’assassinat de Mauranne et Laura, à lagare Saint-CharlesdeMarseille, les préfets ont des consignes strictes du ministre de l’Intérieur et numéro 2 du gouvernement, Gérard Collomb, pour organiser les procédures d’éloignement, voire de « rétention » des migrants illégaux. Très bien. On ne peut qu’applaudir. Là où les choses se compliquent, c’est qu’il est absolument impossible de faire exécuter ces décisions. Ceci en raison de procédures qui, dans les faits, s’opposent à la « rétention » (le mot... [Lire la suite]
vendredi 27 octobre 2017

Terrorisme : les préfets en état d'alerte, la grogne monte chez les policiers

Branle-bas de combat général chez les préfets. Après le dysfonctionnement administratif à la préfecture du Rhône, qui serait à l'origine de la mise en liberté de l'assaillant qui a perpétré l'attaque de la gare Saint-Charles à Marseille, les préfets multiplient les mesures de vigilance, au nom du principe de précaution. Ce raté préfectoral avait entraîné l'éviction d'Henri-Michel Comet, préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes.Un renvoi qui a choqué les préfets, qui ne veulent plus rien laisser passer.Mais... [Lire la suite]
mardi 10 octobre 2017

Projet d'attentat depuis Fresnes : "Le laisser-aller au sein des prisons est favorable aux prêcheurs"

Deux détenus de la prison de Fresnes, qui préparaient un attentat depuis leurs cellules, ont été mis en examen vendredi. Depuis la fin de l'année dernière, ces deux hommes, un Français de 22 ans et un Camerounais de 28 ans, étaient discrètement mais étroitement surveillés par la DGSI. Des radicalisations plus difficiles à repérer Selon l'administration pénitentiaire, près de 2.000 détenus sont actuellement radicalisés en France. Mais ce chiffre est "difficile à calculer", selon Emmanuel Baudin, secrétaire général du Syndicat... [Lire la suite]
mercredi 4 octobre 2017

Venus rencontrer Emmanuel Macron en déplacement, des salariés de GM&S dispersés au gaz lacrymogène

Ouvert au dialogue, Emmanuel Macron ? Manifestement uniquement quand celui-ci est bien préparé à l'avance. Des salariés de l'usine GM&S de La Souterraine (Creuse), qui tentait d'approcher du président de la République à l'occasion d'une visite en Corrèze, ont été dispersés par les forces de l'ordre à grand renfort de gaz lacrymogène, rapporte La Montagne. “Emploi du temps incompressible” Jeudi matin, Emmanuel Macron se rendait dans la petite ville d'Egletons, en Corrèze, pour y inaugurer le nouveau campus d'un établissement... [Lire la suite]
mardi 26 septembre 2017

Opération « escargot », pénurie de carburant, colère des transporteurs : pourquoi ?

Communiqué de presse de Dominique Martin, Député français au Parlement européen du 26/09/2017 Les causes principales en sont la réforme de la loi travail (indemnités, licenciement , congé de fin d’activité) et surtout le détachement des transporteurs. Après avoir été acculés par la Directive travailleurs détachés (on le voit bien sur l’autoroute, les camions français se font rares, ils ont été divisés par trois en 15 ans) les transporteurs français vont subir de nouvelles réformes de l’Union européenne qui dégraderont encore plus... [Lire la suite]
mardi 19 septembre 2017

Vers un dégraissage massif à Pôle Emploi ?

Pôle Emploi ne sera pas épargné. Alors que le gouvernement entend réaliser trois milliards d'économies, en cinq ans, sur le budget du service public de l'emploi, des milliers de postes seraient menacés, selon Le Parisien. Sur les 54.000 salariés que compte aujourd'hui l'organisme issu de la fusion de l'ANPE et du réseau des Assedic, seuls "les cadres avec de gros salaires" seraient à ce jour dans le viseur de Bercy, croit savoir le quotidien. Et plus précisément, "ceux qui travaillent en back-office, notamment sur des... [Lire la suite]
mardi 19 septembre 2017

Après le fiasco de 2014, l'écotaxe ressurgit

L'écotaxe pourrait bien renaître de ses cendres. Élisabeth Borne, la ministre des Transports, a déclaré ce week-end au JDD qu'elle voulait faire participer les camions à l'entretien du réseau routier. Le projet avait été abandonné en 2014: ce fiasco politique a coûté à l'État près de 1 milliard d'euros. Depuis, aucune solution n'a été trouvée. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a promis dans un entretien à Libération ce lundi que «l'écotaxe, telle quelle, elle ne reviendra pas. En revanche, il est normal... [Lire la suite]
jeudi 14 septembre 2017

Certaines consultations chez le médecin vont voir leur prix augmenter au 1er novembre

À partir du 1er novembre 2017, deux nouvelles consultations sont créées, provoquant ainsi de nouveaux tarifs. Ainsi, la consultation "complexe" sera à 46 euros et la consultation "très complexe" sera, elle, à 60 euros. Quant à la consultation longue, elle sera réévaluée à 70 euros. Explications Notez-le dans vos tablettes : à partir du 1er novembre, les tarifs des consultations chez les médecins généralistes et spécialistes changent et, mauvaise nouvelle, ils se révèlent plus élevés.  Ces nouveaux tarifs, dont les décrets... [Lire la suite]