samedi 30 juin 2018

Plus de race, plus de racisme !

Ce sera un grand progrès de la conscience universelle, si le Parlement réuni en congrès y consent : la fin d’un racisme inlassablement traqué. En effet, la commission des lois de l’Assemblée nationale, à l’unanimité, a décidé de purger 1a Constitution du mot « race » figurant dans son article 1er : « La France […] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de race. » S’il n’y a plus de race, il n’y aura donc plus de racisme et de poursuites de ce chef. Ce serait... [Lire la suite]
mercredi 13 juin 2018

Lettre à M. le Premier ministre : qu’en est-il de la banque de la démocratie ?

Communiqué de presse de Wallerand de Saint-Just, trésorier du Rassemblement national du 13/06/2018 Monsieur le Premier ministre, L’article 30 de la loi n° 2017-1339 du 15 septembre 2017 pour la confiance dans la vie politique a donné neuf mois au Gouvernement pour concrétiser par ordonnance une promesse du président de la République : assurer, à compter du 1er novembre 2018, le financement de campagnes électorales pour les élections présidentielle, législatives, sénatoriales et européennes par l’obtention de prêts, avances ou... [Lire la suite]
lundi 14 mai 2018

Le « délit de solidarité » n’est pas de la fraternité

Tribune de Mathilde Androuët, conseillère régionale en Ile-de-France et Déléguée départementale des Yvelines du 14/05/2018 Le Conseil constitutionnel a trois mois pour se prononcer sur la notion de fraternité suite à la réception d’une question prioritaire de constitutionnalité soulevée par les procédures judiciaires de la nouvelle coqueluche cannoise, passeur « bénévole » de son état, Cédric Herrou. L’objectif politique des avocats est clair : dire que le mal-nommé « délit de solidarité » – qui n’est autre qu’un délit d’aide à la... [Lire la suite]
mardi 13 mars 2018

Corse : une partie de billard à trois bandes

Quand le président Macron s’était rendu en Corse, le 7 février dernier, il avait fortement déçu les nationalistes. Peu sensible aux résultats des élections corses, deux mois auparavant, qui avaient vu la victoire du camp nationaliste, Macron avait refusé à peu près toutes les revendications portées par Simeoni et Talamoni, les patrons politiques de l’île. Sa seule ouverture avait concerné l’introduction, dans la Constitution, d’une mention spécifique concernant la Corse. Lundi soir, les deux dirigeants corses étaient reçus par... [Lire la suite]
vendredi 9 février 2018

Après la Corse, la Bretagne veut aussi son «droit à la différenciation»

LaBretagne ne réclame pas encore son indépendance mais souhaite tout de même faire valoir son « droit à la différenciation » au sein de laRépublique. Après le discours d’Emmanuel Macron mercredi en Corse, le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard a réagi dans un communiqué, estimant que l’allocution du président de la République était « une opportunité pour faire valoir nos convictions et nos propositions ». Devant plusieurs centaines de personnes rassemblées dans un centre culturel de Bastia... [Lire la suite]
mercredi 7 février 2018

Corse : les dirigeants nationalistes sont amers après le discours de Macron

Pour eux, le compte n'y est pas. Les élus nationalistes corses font un bilan négatif de la visite de deux jours d'Emmanuel Macron sur l'île. "C'est un soir triste pour la Corse", a lancé à la presse Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. Qui s'est même dit "consterné par le niveau des réponses qui sont données" par le chef de l'Etat. Son allié Gilles Simeoni, le président de l'exécutif de la collectivité territoriale, a qualifié ce déplacement "d'occasion manquée". "Le président... [Lire la suite]
mercredi 24 janvier 2018

Corse: "il faut saisir la main tendue par le président Siméoni",selon Ferrand

Le chef de file des députés LREM  Richard Ferrand a appelé mercredi à "saisir la main tendue" par le président nationaliste du conseil exécutif corse, Gilles Simeoni. "Il faut saisir la main tendue par le président Siméoni", a déclaré M. Ferrand sur CNews, alors que M. Simeoni a fait état mardi soir de sa déception face à l'attitude de l'Etat, appelant à la tenue "dans les prochains jours d'une grande manifestation populaire", sur son compte Twitter. "Il faut prendre conscience que la Corse a retrouvé la paix, qu'il y a une... [Lire la suite]
mardi 23 janvier 2018

Déçu par l'attitude de l'Etat, le nationaliste corse Gilles Simeoni appelle à une manifestation

Le président nationaliste du conseil exécutif corse, Gilles Simeoni, a fait état de sa déception face à l'attitude de l'Etat, appelant à la tenue «dans les prochains jours d'une grande manifestation populaire», sur son compte Twitter. «Après nos entretiens d’hier et d’aujourd’hui, notre conviction est faite : l’Etat refuse de reconnaître et de prendre en compte la dimension politique de la question corse. Dans ces conditions, nous appelons dans les prochains jours à la tenue d’une grande manifestation populaire», a tweeté le leader... [Lire la suite]
jeudi 14 décembre 2017

Libertés numériques : la neutralité d'internet doit être garantie

 Communiqué de Sébastien Chenu, député FN du Nord du 14/12/2017 Alors que l’administration de Trump entend revenir aujourd’hui sur le principe de neutralité d’internet, nous nous opposons fermement à cette décision. Sanctuarisée en Europe en 2016, cette neutralité sera menacée de fait par cette décision américaine. La neutralité d’internet est le principe selon lequel un abonnement à internet permet d’avoir accès à n’importe quel contenu du web sans payer de frais supplémentaires. Si ce principe était remis en cause, le... [Lire la suite]