vendredi 21 avril 2017

Migrants : la pression monte au nord de Paris

Paris, porte de la Chapelle. Sous la bretelle d'accès à l'autoroute A1, les igloos colorés et les abris de fortune s'agglutinent de jour en jour. Par grappes, de jeunes migrants remontent la circulation au milieu des gaz d'échappement, dans un concert de klaxons d'automobilistes énervés. Le centre de premier accueil installé par la mairie de Paris se dresse à deux pas de l'embouteillage monstre. Tellement saturé, avec 400 pauvres places, que les implantations sauvages poussent autour comme des champignons, reproduisant le... [Lire la suite]
jeudi 20 avril 2017

Dioxyde de titane : protégeons nos enfants !

  Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Jean-François Jalkh et Sylvie Goddyn, Député français au Parlement européen du 20/04/2017 En septembre 2016, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) concluait que les expositions actuelles des consommateurs à l’additif E171 n’étaient « pas de nature à entraîner un risque sanitaire ». Pourtant, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) préconise désormais la poursuite des études pour confirmer ou... [Lire la suite]
samedi 15 avril 2017

Guyane : l'ARS demande aux hôpitaux de déclencher leurs plans blancs

L'Agence régionale de Santé de Guyane (ARS) a demandé vendredi 14 avril aux hôpitaux et cliniques du territoire de déclencher leurs "plans blancs", en raison de la "situation de tension préoccupante" qu'ils connaissent après plus de trois semaines de mouvement social. Le plan blanc est un dispositif de mise en alerte des hôpitaux impliquant notamment la coordination des services d'urgence, une réorganisation des capacités, le rappel de personnels. "Les obstacles sur l'ensemble du territoire rendent difficile l'acheminement des... [Lire la suite]
dimanche 2 avril 2017

Améliorons enfin la prise en charge des troubles du spectre autistique

Par Marine Le Pen le 02/04/2017 C’est aujourd’hui la journée mondiale de l’autisme. Elle arrive comme une piqûre de rappel à nos gouvernants qui n’ont pas eu à cœur de rattraper le retard phénoménal que nous avons pris dans la prise en charge de l’autisme, qui, je le rappelle, touche environ 650 000 Français. Que des enfants de la République soient contraints à l’exil pour trouver une main aidante, je ne m’y résoudrai jamais. Les créations de places et d’établissements annoncées il y a plusieurs années n’ont pour beaucoup pas... [Lire la suite]
dimanche 2 avril 2017

Programme Santé : Marine Le Pen répond à Doctissimo

Marine Le Pen, présidente du FN, candidate à la présidence de la République répond à Doctissimo sur son projet en matière de santé. Quelles sont vos priorités en matière de santé ? Marine Le Pen : Les enjeux principaux sont de garantir un accès aux soins optimal à tous les Français qui le nécessitent, où qu’ils soient sur le territoire de la République, et quelle que soit leur situation financière, en réduisant les restes à charge et en luttant contre les déserts médicaux et les délais de prise qui s’allongent pour certaines... [Lire la suite]
jeudi 30 mars 2017

Suppression d'une équipe de nuit au SMUR de l’hôpital de Dole à partir du 1 er avril

Cette "nouvelle organisation" est mise en place à Dole à compter du 1er avril 2017. L'Agence Régionale de Santé précise que "cette décision est prise conformément à la réglementation nationale et au regard de l’évolution de l’activité du service : 1 180 sorties en 2016, contre 1 693 en 2013. En cas de nécessité, poursuit l'ARS, le relais est assuré par les autres dispositifs qui peuvent être actionnés à l’échelle du territoire, et en particulier l’héliSMUR de Besançon". Enfin l'ARS précise que "ce nouveau mode... [Lire la suite]
vendredi 24 mars 2017

Accusations d'un ex-chef de service: le CHU de Besançon porte plainte

Le CHU de Besançon a décidé d'attaquer. La direction du centre hospitalier universitaire, mis en cause par l'un de ses anciens médecins, a porté plainte pour diffamation, a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse ce vendredi, rapporte France bleu Besançon. "Il n'y a pas eu de pratiques non conformes ou de chimiothérapies abusives", a assuré Chantal Carroger, la directrice de l'hôpital. "Cet établissement ne mérite pas qu'on le traîne dans la boue, il est digne de la confiance des patients. Maintenant, ça suffit. Il... [Lire la suite]
jeudi 23 mars 2017

Viande avariée brésilienne recouverte de cancérogènes envoyée massivement en Europe : quand la politique de libre-échange ...

Communiqué de Presse du Front National du 22/03/2017 Délibérément, des milliers de tonnes de viande avariée et maquillée avec de dangereux produits chimiques ont été envoyées par des entreprises brésiliennes dans les pays membres de l’Union européenne. Cette affaire implique de très nombreuses entreprises ainsi que des fonctionnaires corrompus au Brésil et est en train de devenir un scandale international. Face à ce scandale sanitaire – un de plus- provoqué par la politique de Bruxelles, le porte-parole de la Commission a... [Lire la suite]
mardi 7 mars 2017

Le monde de la santé est à nouveau dans la rue : il y a urgence d’agir

Communiqué de Marine Le Pen du 07/03/2017 Aujourd’hui, les professionnels de santé sont appelés une nouvelle fois à battre le pavé pour dénoncer leurs conditions de travail : cadences infernales, manque de personnel et de moyens, faiblesse des salaires, manque de considération de la pénibilité du travail, reconnaissance et valorisation des formations d’infirmiers spécialisés (IADE, IBODE),… La liste des problèmes est longue. Cette manifestation s’inscrit dans la continuité de celles de novembre et janvier derniers. Rappelons que... [Lire la suite]
lundi 6 mars 2017

Doubs: un médecin anesthésiste de Besançon soupçonné d'avoir empoisonné volontairement sept patients, dont deux sont morts

Les faits sont gravissimes et leurs motivations –si du moins le caractère volontaire est avéré– restent floues. Un médecin-anesthésiste de la clinique Saint-Vincent à Besançon, dans le Doubs, est mis en examen ce lundi 6 pour sept empoisonnements, dont deux mortels, commis sur des patients entre 2008 et 2017. Le parquet de Besançon écarte clairement la thèse de l'accident médical: "Nous n’avons pas retenu le chef d’homicide involontaire, mais bien d’empoisonnements. Vu les doses, ça ne pouvait pas être accidentel", explique à... [Lire la suite]